SNC : 30 ans de solidarité face au chômage, dont 15 dans le Var

Fondée en 1985 à l’initiative de Jean-Baptiste de Foucauld, l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC) propose aux chercheurs d’emploi un soutien personnalisé grâce à un réseau d’accompagnateurs bénévoles à travers toute la France. Mais quelles sont ses valeurs ? Quelles méthodes met-elle en œuvre ? Et quelle action locale propose-t-elle en régions ?

Les réponses en 3 questions à Nicole Fayman, administratrice nationale de l’association, membre du bureau national et responsable de groupe à Toulon.

Pouvez-vous nous présenter l’association en quelques mots ?

SNC accompagne les personnes en recherche d’emploi (nous préférons parler de chercheurs d’emploi que de demandeurs d’emploi), sans distinction de niveau ni d’âge, à travers un soutien personnalisé.

L’association ne vit que de dons, sans aucune subvention publique – les financements proviennent uniquement de donateurs et de fondations : ce parti-pris nous permet de préserver notre indépendance. Pour autant, nous sommes reconnus par Pôle Emploi comme partenaire de leur action : nous siégeons au comité trimestriel de liaison aux côtés des syndicats CFDT, FO ou encore CGT.

Nous croyons fermement que l’on peut créer de l’emploi en France, notamment dans le secteur de l’Économie Sociale et Solidaire. Nous avons ainsi travaillé avec plusieurs associations de l’UDV (Kaïré, Centre départemental, Comité du 17 octobre…), et l’un de nos anciens accompagnés est en poste depuis plus de 10 ans au Secours Catholique !

Comment se déroule l’accompagnement ?

Le maître-mot est l’écoute bienveillante : pour que la personne exprime ce qu’elle vit, ce qu’elle ressent, ce à quoi elle aspire. Le chômage est une rupture dramatique dans la vie des personnes, quelle qu’en soit la cause. Notre priorité est de l’aider à se reconstruire et à retrouver confiance dans les compétences qu’elle a acquises, ou à se réorienter.

L’accompagnement est ouvert à tous les profils, à une seule condition : que la personne l’accepte. Une première rencontre d’1/2 heure nous permet de présenter notre action, puis nous laissons le temps aux gens de réfléchir pour voir s’ils veulent être accompagnés. Ensuite, c’est eux qui « décident » du rythme, en termes de durée comme de fréquence des rencontres : cela les responsabilise dans leur recherche, sans leur imposer un cadre trop contraignant.

Le cursus comprend 8 modules de formation, dispensés par des bénévoles ou des professionnels, sur les techniques de recherche d’emploi : aide au CV, simulations d’entretiens d’embauche, etc. Tout est entièrement gratuit, et organisé en trinôme, avec 2 bénévoles de l’association – idéalement un homme et une femme, un actif et un retraité) – pour chaque chercheur d’emploi.

Comment SNC est-elle présente dans le Var ?

L’association anime plus de 150 groupes à travers la France. Dans le grand quart Sud-Est, nous avons 2 groupes à Aix-en-Provence, 2 à Marseille, et un à Avignon, Montpellier, Nîmes, Nice et sur le secteur Alpes-Maritimes Ouest.

Dans le Var, nous sommes présents à Toulon (2 groupes), Brignoles et Draguignan. Le premier groupe varois a été lancé à Toulon en 2000, et le second en 2012. Sur Toulon, nous accompagnons environ 80 personnes par an.

Chaque groupe est fort d’une douzaine de bénévoles, ce qui nous permet de répondre à la demande des accompagnés. Cela dit, nous sommes toujours à la recherche de nouveaux bénévoles désireux de s’engager : à bon entendeur !

Interview réalisée par David Martin, auteur bénévole pour IOTA

contact : [email protected]

30 ans, ça se fête !

Pour ses 30 ans, SNC a monté plusieurs manifestations sur le thème « Changer de regard sur les chômeurs et le chômage ». Pas tant pour fêter cet anniversaire que pour mobiliser citoyens, élus ou encore chefs d’entreprise : « On ne peut pas se gargariser d’être là depuis 30 ans – c’est plutôt inquiétant même… », souligne Nicole Fayman.

Itinérants, ces événements parcourent toutes les villes de France où est présente l’association :

  • Une conférence « Changeons de regard sur le chômage », assurée par Didier Demazière, Directeur de recherche au CNRS : une étude sociologique sur « l’expérience chômage », suivie d’une table ronde.
  • Une pièce de théâtre « Un emploi nommé désir », créée par Christian Poissonneau, créateur du Théâtre à la carte : l’objectif est de faire réagir le public face au parcours d’un personnage confronté au chômage (elle a été jouée le 23 octobre dernier à Toulon). Lien vers la bande-annonce de la pièce : http://www.dailymotion.com/video/x2qtnf1_bande-annonce-de-la-piece-un-emploi-nomme-desir_news
  • Une exposition photo intitulée « Les chercheurs d’or », signée du photographe Laurent Zylbermann, qui a saisi le quotidien d’un trinôme SNC. Lien vers le site des « chercheurs d’or » : http://www.leschercheursdor.fr/

Pour plus d’informations sur ces événements : http://snc.asso.fr/30ans/ 

Organisé par Finansol et le journal Le Monde, le Grand Prix de la Finance Solidaire 2015 a récompensé SNC dans la catégorie « Lutte contre l’Exclusion ».

 

Liens utiles


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    La coopération participative

    On raconte qu'au Moyen Age il existait des « moines pontifes » : on appelait ainsi cette catégorie de religieux parce qu’ils fabriquaient des ponts. En effet, à cette époque, pour passer d'une Seigneurie à une autre, il fallait passer par des ponts avec des péages payants et les pauvres n'avaient de ce fait pas les moyens de bouger. Ils étaient comme « assignés à résidence »...

  • Brèves

  • Articles récents