Pour une écologie diaconale

Billet d'humeur Respect de l'environnement et dignité de l'Homme doivent aller de pair. Crédit C. Parel

Respect de l’environnement et dignité de l’Homme doivent aller de pair. Crédit C. Parel

0

Quand vient l’été et que l’on peut oublier quelque peu la gestion de l’immédiat qui nous commande si souvent, il est bon de revenir sur des questions plus essentielles.

Il en est une ou plutôt deux que nos médias célèbrent  ces temps-ci : plutôt deux car comment ne pas lier la future conférence sur le climat (COP 21) et la récente encyclique « Laudato si » du pape François ?

L’écologie semble rapprocher ces deux sujets, oui mais ; si la COP 21 s’inquiète de notre environnement, le pape s’intéresse plus à l’homme dans son environnement.

On s’est beaucoup attaché à défendre notre bien commun, la Terre, en insistant sur notre responsabilité à le transmettre aux générations qui nous suivent en bon état, et cela est bien. Mais on a parfois le sentiment que l’on a fait de cette Terre un dieu, comme un veau d’or.

Si l’écologie est le rapport entre l’homme, son activité et l’environnement dans lequel elle s’exerce, ce qui est premier, c’est bien la dignité de l’homme, avant même son environnement et son activité économique.

Et c’est là que dans son encyclique François nous emmène, en nous rappelant que lorsque la Terre souffre et s’épuise, c’est l’homme qui en pâtit tout d’abord et c’est l’homme qui souffre et meurt, et c’est bien souvent le plus petit et le plus faible qui en est la première victime.

Le défi écologique est réel et essentiel mais à la condition qu’il ne soit pas dissocié de la recherche du bien commun pour tous les hommes, tous, en tous lieux. Alors, la diaconie y aura toute sa place.

Thierry O’Neill
président


About the Author



Comments are closed.

Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Virage serré

    Lorsque la route se dévoile au fur et à mesure que l’on avance, parce que bien sûr, « on trouve la route en marchant », comme nous l’enseigne notre fondateur, on est parfois confronté à des virages et certains sont plus serrés que d’autres. Alors, on ralentit puis on s’engage résolument en accélérant au cœur du virage pour tenir. C’est ainsi que l’UDV a pris son temps, plus d’un an depuis février 2017...

  • Brèves

  • Articles récents