Le Cada de l’Est Var transféré à Forum Réfugiés-Cosi

Créé en 2013, le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (Cada) de l’Est Var était porté jusque fin 2017 par l’association Solidarités Est Var (Sev), pôle territorial de l’UDV. Depuis le 1er janvier, il a été transféré à une nouvelle entité : Forum Réfugiés – Cosi, un acteur important en matière d’accueil des réfugiés, de défense du droit d’asile et de promotion de l’état de droit.

Pour actualiser nos connaissances sur le Cada de l’Est Var et pour communiquer la nouvelle du transfert à nos lecteurs, nous avons échangé avec deux salariées de l’association : Sandrine Desroches et Isabelle Vilain.

Chacune de vous peut-elle se présenter ?

Sandrine : Je travaille comme adjointe de direction à la sous-direction de l’association en charge du 1er accueil et de l’hébergement accompagné. Nous avons à notre charge la coordination des dispositifs de 1er accueil (6 Plateformes d’Accueil des Demandeurs d’Asile – Pada – dont celle de Nice), l’hébergement des Demandeurs d’asile et des réfugiés, les centres d’hébergement d’urgence (Centre d’Accueil d’Orientation – CAO -, Hébergement d’Urgence pour Demandeurs d’Asile – HUDA -), les Cada et les Centres Provisoires d’Hébergement (CPH) pour les réfugiés.

Je suis particulièrement en charge des nouveaux projets et du développement et c’est dans le cadre de ces fonctions que j’appuie l’équipe du Cada de l’Est Var. Je viens régulièrement dans le Var mais mon bureau est situé au siège de l’association, à Villeurbanne.

« Ce qui prime avant tout est le bien être des personnes que nous accueillons »

Isabelle : Je suis travailleuse sociale diplômée en tant que Conseillère en Economie Sociale et Familiale (CESF) et j’exerce au sein du  Cada de l’Est Var depuis son ouverture en août 2013. Jusqu’en juillet 2017, j’ai occupé le poste de référent social puis j’ai eu l’opportunité d’accéder au poste de chef de service. Ma mission est de veiller au fonctionnement de l’établissement en coordonnant l’équipe et en veillant au respect du règlement par les résidents.

Crédit photo Secours Catholique

Quelle est la capacité d’accueil du Cada de l’Est Var ?

Le Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile de l’Est Var a une capacité d’accueil de 78 personnes. Le Cada est réparti entre deux sites : Lorgues et Draguignan.

A Lorgues, la Maison des Tuffs comprend des bureaux et un hébergement semi-collectif permettant d’accueillir 5 familles, soit 20 personnes environ. Nous disposons aussi de places en « éclaté » dans 4 appartements qui accueillent 15 personnes.  En tout, ce sont donc 35 personnes qui sont accueillies à Lorgues.

Sur la commune de Draguignan, le Cada dispose de 43 places en « éclaté » réparties sur 13 appartements. Suite à l’extension réalisée en 2016, nous y avons également ouvert un bureau.

Quelles sont les particularités de la population que vous accueillez ?

Nous accueillons majoritairement des familles et également des personnes isolées. Les origines géographiques des personnes accueillies fluctuent en fonction du contexte géopolitique. Actuellement, nous constatons une arrivée importante de personnes en provenance d’Albanie et d’Ukraine : ce sont les 2 nationalités les plus représentées dans le Cada.

« Au sein de l’équipe nous nous serrons les coudes »

Des personnes originaires d’autres pays sont également présentes : Afghanistan, Iran, Azerbaïdjan, Congo et Géorgie notamment.

Quelle est l’équipe en place ?

L’équipe du Cada de l’Est Var comprend 7 salariés permanents et 1 intervenante extérieure. Parmi les salariés, nous avons 3 chargés d’accompagnement qui interviennent sur les volets administratif, social et juridique, 1 agent social hôtelier qui a en charge la gestion logistique du parc locatif, les entrées et sorties des résidents, 1 référente santé et vie collective, 1 secrétaire en charge de l’accueil des résidents et de la comptabilité, et moi-même chef de service.

L’intervenante extérieure est une psychologue qui vient une fois chaque semaine.

A Lorgues, nous pouvons aussi nous appuyer sur une équipe dynamique d’une vingtaine de bénévoles. Ils donnent des cours de français 2 fois par semaine, font de l’aide aux devoirs le mercredi matin, accompagnent les résidents lors de sorties à l’extérieur avec un objectif de rencontre et de convivialité, et ils assurent aussi des animations ponctuelles, ainsi que des accompagnements physiques des résidents.

La maison des Tuffs, à Lorgues, est une grande bastide qui accueille le Cada. Crédit photos : Delphine Dumont, UDV.

La maison des Tuffs, à Lorgues, est une grande bastide qui accueille le Cada. Crédit photo : Delphine Dumont, UDV.

Quels ont été les enjeux du transfert du Cada de Sev à Forum Réfugiés-Cosi ?

Nous avons été sollicités fin 2016 par l’UDV qui souhaitait transférer le Cada à une autre entité. Un comité de pilotage a été créé et le processus de reprise administrative a été lancé dans le courant de l’année 2017.

Pour être tout à fait honnête, je ne pensais pas que cela serait aussi compliqué de faire glisser le Cada d’une association à une autre. L’opération a occasionné énormément de travail ces 6 derniers mois et je tiens à souligner le fort investissement de Josiane Ivaldi, ex directrice du Cada lorsqu’il était porté par Sev.

« Le Cada est le meilleur outil qui soit pour permettre aux demandeurs d’asile d’être dans de bonnes conditions »

Forum Réfugiés-Cosi porte donc le Cada depuis le 1er janvier et l’équipe est restée la même puisque les salariés ont été transférés d’une entité à l’autre. L’enjeu est désormais de transférer localement la méthode Forum Réfugiés-Cosi : nous sommes une grosse structure au niveau national, et nous avons un cahier des charges à appliquer avec beaucoup de procédures, de notes de service etc.

Tout cela sans jamais oublier que ce qui prime avant tout est le bien être des personnes que nous accueillons dans notre établissement !

Crédit photo Secours Catholique

Quel regard portez-vous sur l’évolution de la demande d’asile ?

Des moyens très importants ont été débloqués récemment pour accélérer les délais de traitement de la demande d’asile et nous nous en réjouissons. Ce qui est positif, c’est lorsque la période d’attente, parfois insoutenable pour le demandeur d’asile, se réduit.

Mais là où nous devons rester vigilants sur de possibles évolutions législatives, notamment liées à la « Loi Collomb », c’est de veiller à ce que les délais minimum pour une étude correcte et équitable de la demande d’asile soient maintenus. Idem pour le délai de recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA), dont il se murmure qu’il pourrait passer d’1 mois à 15 jours, or il est indispensable que les personnes puissent avoir le temps nécessaire pour bien préparer leur recours.

« La demande d’asile ne se règlera jamais dans  l’urgence »

On constate aussi qu’avec le raccourcissement des délais d’examen de la demande d’asile, nous avons moins de temps pour établir une relation de confiance avec les demandeurs.

Bien que partenaire et opérateur de l’Etat, nous restons vigilants sur les évolutions à venir, et notre directeur porte la voix de Forum Réfugiés-Cosi dans les plus hautes instances nationales.

Avez-vous un témoignage plus personnel à nous livrer concernant votre engagement professionnel ?

Sandrine : Je ne suis plus en contact direct avec les demandeurs d’asile mais je suis convaincue que le Cada est le meilleur outil possible pour bien accompagner les demandeurs d’asile. Bien sûr, l’hébergement est un moyen destiné à répondre aux besoins primaires, mais il permet aussi et surtout de proposer un accompagnement aux personnes pour qu’elles puissent défendre leur histoire auprès des instances décisionnelles.

Le Cada est le meilleur outil qui soit pour permettre aux demandeurs d’asile d’être dans de bonnes conditions pour expliquer leur histoire. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la demande d’asile ne se règlera jamais dans  l’urgence : les personnes ont besoin qu’on leur offre la possibilité d’une procédure équitable, un accompagnement et le droit de défendre leur histoire.

« Accompagner les personnes en demande d’asile est une mission très riche »

Isabelle : Accompagner les personnes en demande d’asile est une mission très riche : nous sommes dans l’interculturalité et nous apprenons tous les jours. Je suis particulièrement admirative de la résilience dont certaines personnes font preuve. Elles nous apportent des joies immenses.

Il y a aussi des moments plus difficiles à vivre, par exemple lorsqu’une famille avec enfants est déboutée du droit d’asile. Mais au sein de l’équipe nous nous serrons les coudes !

Propos recueillis par Christophe Parel, responsable communication de l’UDV.

Pour aller + loin :

Cliquez-ici pour accéder à notre précédent article sur Le Cada (avril 2017)

Cliquez-ici pour télécharger la plaquette de présentation du Cada de l’Est Var

Cliquez-ici pour découvrir le site de Forum Réfugiés-Cosi

Cliquez-ici pour télécharger les essentiels du rapport d’activité 2016 de l’association

Contacts :

Cada de l’Est Var
240, rue des Tuffs
83510 LORGUES
Tél : 09.73.56.52.84
[email protected]éfugies.org

Antenne de Draguignan
Rue Cisson
83300 DRAGUIGNAN
Tél : 04.94.84.19.17


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    L'art de la conversation

    Le 16 avril dernier, plusieurs journalistes et écrivains ont décidé de faire entrer au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco « l’art de la conversation ». En apprenant cette nouvelle, j’ai craint qu’elle ne passe inaperçue dans nos associations et tout le réseau de la diaconie ; je profite de ce billet d’humeur pour attirer l’attention des lecteurs de Iota sur cet événement.

  • Brèves

  • Articles récents