Vivre l’alliance

Une des devises de l’Union diaconale, « tout seul on va parfois plus vite, mais ensemble on va plus loin ! », ne peut se comprendre qu’en revenant à la source de la culture d’alliance ! Se lier ensemble, décider d’être amis, prendre soin d’une relation pour la rendre fructueuse, choisir la confiance, la réciprocité et l’échange comme un pari sur l’avenir…

C’est d’abord un défi spirituel dont les conséquences sur le vivre ensemble, l’engagement social et la vision politique sont déterminantes !

Plus qu’un lien juridique, plus qu’un pacte d’intérêts communs, « vivre l’alliance » est un combat permanent qui construit le visage de l’humanité à l’image et à la ressemblance d’un divin créateur qui n’a pas d’autre désir que de « faire alliance » avec nous, contre vents et marées !

L’accueil des réfugiés dans le Var est une expression concrète de cette exigence et de cet acte de foi !

La Journée mondiale du refus de la misère le 17 octobre nous a rappelé combien « vivre l’alliance » avec les plus pauvres pour leur laisser la parole et apprendre d’eux est un devoir sacré !

La pose de la 1ère pierre à l’éco hameau solidaire St François à Draguignan nous a stimulé pour bâtir la fraternité en faisant alliance avec la fragilité qui nous habite, avec celle de ceux qui nous entourent et aussi avec celle de la nature qui nous est donnée !

Le reportage sur les Maisons Bethléem illustre aussi cette « alliance avec la Vie » en termes d’accueil inconditionnel, de soin du lien mère enfant, et de l’aide à la parentalité !

N’hésitons pas à considérer toutes nos associations, nos territoires et toutes nos activités comme des lieux privilégiés pour « vivre l’alliance » et accueillir la fécondité de ce choix !

Diacre Gilles Rebêche, Délégué diocésain à la solidarité


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Le mimosa et l'amandier

    En février, il est des jours, dans le Var, où l’on peut contempler d’un même regard le mimosa et l’amandier fleurir ensemble pour attester que l’hiver ne va pas durer. J’ai toujours aimé depuis mon enfance ces semaines où les acacias mettent leur gilet jaune en se couvrant de boules lumineuses et odorantes pour tenir tête à la froidure ...

  • Brèves

  • Articles récents