Var : le Secours Catholique en marche vers la culture de l’alliance

Samedi 6 octobre dernier, 300 personnes ont répondu à l’appel du Secours Catholique du Var et se sont retrouvées sous le chapiteau du domaine de La Castille, à La Crau, pour participer à « l’Alliance partie 2018 ». L’enjeu de cette journée intitulée « Au secours ! Je vis l’alliance, Lançons ensemble le Secours Catholique pour demain », était de proclamer le projet de la délégation du Var du Secours Catholique pour les 5 ans à venir, un projet résolument placé sous le signe de l’alliance. 

Voici l’ambiance de la journée résumée par Nathalie Gadéa, présidente du Secours Catholique du Var :

« C’est avec des colliers couleurs arc-en-ciel que des migrants accueillent en ce 6 octobre, sous le chapiteau de la Castille, des représentants des 30 équipes du Secours Catholique du Var. Chacune d’elle dépose l’ alliance multicolore préalablement confectionnée qui, en fin de matinée, constituera le décor du fond de scène.

Le ton est donné, le projet du Secours Catholique de la délégation du Var pour les 5 ans à venir est sous le signe de la culture de l’alliance !

La matinée est réservée au  » vivre ensemble », premier pilier du projet. L’ensemble des 300  participants concoctent le gigantesque aïoli  qu’ils dégusteront – presque à l’heure – dans la bonne humeur !!! Il fallait oser. Ils l’ont fait !

Le 2e pilier « agir pour le changement social » est présenté par les ateliers des 9 actions phares qui  jalonneront les 5 années à venir. Nombreux sont les partenaires associatifs, tout comme ceux de la société civile et du monde politique, qui ont répondu par leur présence amicale.

Dès 14h la mise en scène des 4 champs de pauvreté prioritairement choisis donne lieu à une véritable représentation théâtrale qui promulgue de manière officielle le projet de délégation. Les acteurs d’un jour sont tous acteurs du Secours Catholique quel que soit leur parcours existentiel.

Une danse d’Israël et l’offrande d’un anneau de Tukum proposé à ceux qui veulent faire alliance avec les personnes en vulnérabilité concluent cette journée inaugurale – L’anneau de tukum est un anneau noir fait en bois de tucum, un palimer d’Amazonie. Au Brésil, il est utilisé par beaucoup de fidèles, en particulier catholiques, comme signe de l’engagement de l’Église pour les pauvres (source Wikipedia) -. 

Il revient désormais à chacun d’éclairer par sa présence agissante notre monde en attente de rencontres fraternelles.

En écho au  « yallah » bien connu de sœur Emmanuelle, le Secours Catholique s’élance pour 5 années , mais attention : chacun est attendu !  « Pas à pas mais pas sans toi ».

Cliquez-ici pour télécharger le flyer avec le programme de la journée. 

Une journée en chanson

Pour l’occasion, une chanson avait été écrite par Pierre Favre, alias Piero, chanteur du groupe rock solidaire varois Les Sans Voix, et membre du Collectif La parole des sans-voixdont voici les paroles. 

L’Alliance

Tel un arc dans le Ciel, un anneau de tucum
L’amour d’un cheval blanc, un berger sur son trône
Offrandes inattendues, un même but, sans exclus
S’accueillir, s’enrichir, vers une lumière tendue
Sèmes ! Tu aimes !

Tu ouvres ton coeur pour que chacun s’élève
Quand l’union fait sa paix, aux rythmes de l’entraide
Du partage, du respect, la confiance en demain
A même distance dans le cercle d’alliance
Signe d’unification, symbole de communion
Veille à ne pas sortir, à garder le chemin
Un amour qui polit dans l’amour du prochain
Sèmes ! Tu aimes !

Tu ouvres ton coeur pour que chacun s’élève
Quand l’union fait sa paix, aux rythmes de l’entraide
Du partage, du respect, la confiance en demain
Une vie sans couleur n’est pas vraiment une Vie
Mais l’alliance des cœurs porte à jamais du fruit
Mariage de couleurs qui fait « Un » à plusieurs
Rassemblés, engagés, alliés et transformés !
Sèmes ! Tu aimes !

Tu ouvres ton coeur pour que chacun s’élève
Quand l’union fait sa paix, aux rythmes de l’entraide
Du partage, du respect, la confiance en demain
Tu sèmes ! Tu aimes !

Pour aller + loin

Nous avons interviewé Isabelle Dupuis, animatrice au Secours Catholique, pour en savoir + sur cette journée. Voici la retranscription de notre échange.

Bonjour Isabelle, peux-tu te présenter et nous dire quelles sont tes fonctions au sein du Secours Catholique ?

Je suis animatrice de réseaux de solidarités sur le territoire sud-est du Var, la zone que je couvre va de La Valette à Cavalaire. Je travaille depuis 2013 au sein de  la délégation du Var et je suis une permanente du Secours Catholique depuis plus de 30 ans, où j’ai notamment occupé des fonctions au siège parisien. Je suis plus particulièrement en charge d’accompagner les équipes pour l’accompagnement du public et la politique des aides et des secours.

Quel était l’objectif de cette journée du 6 octobre ?

L’objectif était de faire une journée de proclamation du nouveau projet de la délégation du Secours Catholique du Var, un projet qui guidera notre action d’octobre 2018 à fin 2023. Ce projet était co-construit depuis plus d’un an avec les équipes locales et les personnes concernées par la précarité : il s’agit donc bien d’un projet qui a été co-créé. Nous souhaitions donc proclamer et se réjouir de ce nouveau projet, avec les personnes impliquées au sein du Secours Catholique et les partenaires. Il s’agissait de célébrer ce travail de longue haleine, faire la fête autour de ce projet pour que chacun se l’approprie, le faire découvrir plus largement et déjà commencer à impliquer des personnes dans sa mise en œuvre.

Sous le chapiteau de La Castille, une danse d’Israël symbole du vivre et de l’agir ensemble !

Comment s’est-elle déroulée ?

L’idée générale de cette journée était de commencer à donner à voir ce que nous souhaitons vivre dans les prochaines années. La matinée a été occupée par la préparation collective du déjeuner : ainsi les 300 participants se sont inscrits dans différents ateliers de préparation culinaire ou des ateliers créatifs pour animer la journée. L’idée était d’être tous créateurs ! Au menu : un immense aïoli précédé d’un apéro mojito, et tout ceci préparé à partir de produits frais et locaux, issus de circuits courts. En parallèle de la préparation du repas, d’autres participants répétaient des danses collectives juives, décoraient le buffet, etc.

Quels ont été les temps forts de la journée ?

La journée était placée sous le signe de l’alliance. Le slogan (qui est aussi le titre du projet de délégation) était : « Au secours !  Je vis l’alliance. Pour une culture de l’accueil, de la rencontre et du changement social : une culture de l’alliance ». Ainsi, quand les équipes sont arrivées en début de matinée, elles avaient pour mission de venir avec une alliance, d’où notre appellation d’alliance partie ! Ces alliances avaient été préparées dans les lieux d’accueil et sur place, un groupe a réalisé une œuvre commune en rassemblant toutes les alliances sur la scène : ça a été un temps très fort. La préparation collective puis le partage du repas ont également été des temps forts. Puis, pendant l’après-midi, un temps formel de proclamation du projet était ouvert aux partenaires : sur la scène,  Nathalie Gadéa, présidente de la délégation, avait préparé une mini pièce de théâtre jouée par des bénévoles et des personnes en situation de précarité, et présentant les grandes orientations du projet.

Sur la scène, oeuvre collective réunissant les différentes alliances.

Sur la scène, oeuvre collective réunissant les différentes alliances.

Pendant la 2ème partie de l’après-midi, les participants ont pu parcourir divers stands avec des animations  visant à faire découvrir et comprendre ce nouveau projet de délégation.  Enfin, la journée s’est clôt avec une danse collective juive et une remise de l’alliance de tucum.

Justement, quelles sont les grandes orientations de ce projet ?

Le projet de délégation invite à se pencher sur 4 espaces qui concernent différents champs de pauvreté :

  • Un espace interculturel et un espace talents pour prendre en compte la diversité des cultures, la présence des migrants… L’idée est d’affirmer que tout le monde a sa place.
  • Un espace autour de l’emploi et l’activité visant à lutter contre le chômage qui touche les personnes éloignées de l’emploi et en vue de développer un sentiment d’utilité sociale, et favoriser les initiatives de chacun, le partage et l’apprentissage, etc.
  • Un espace qui se déplace pour lutter contre l’isolement des personnes en milieu rural où il y a des territoires abandonnés, développer le lien social, aller à la rencontre des habitants avec un véhicule aménagé, type food truck, et que nous devons trouver !
  • Un espace dédié à la famille, pour lutter contre l’isolement des familles qui sont seules dans l’éducation de leurs enfants, soutenir les parents dans leur mission éducative et créer un réseau de parrainage de proximité.

Ce projet nous invite également à vivre des transformations internes au sein de notre organisation !

Ainsi, nous sommes invités à vivre 5 changements caractérisés par des notions telles que : pédagogie de la rencontre, construire un réseau apprenant où on apprend les uns des autres, développer une gouvernance partagée (il s’agira de revoir l’organigramme de notre délégation et créer un conseil d’animation comprenant des salariés, des bénévoles et des personnes en précarité, instance essentielle et centrale qui aura pour rôle de mettre en place le projet de délégation), le développement durable et intégral (respect de l’environnement, inspiré de l’encyclique du pape François Laudato si, notre maison commune), promouvoir une communication reliante en interne et avec nos partenaires.

Pris en commun, le repas moment de convivialité et d'échanges.

Pris en commun, le repas moment de convivialité et d’échanges.

Souhaites-tu ajouter ou préciser quelque chose, ce qui par exemple t’a particulièrement marqué ou touché pendant cette journée ?

J’ai été impressionnée par le nombre et la diversité des participants : 300 personnes, dont beaucoup  sont concernées par la précarité et sont connues des équipes locales du Secours Catholique, et aussi des représentants de toutes nos équipes locales (une trentaine), des représentants de partenaires proches (UDV et associations membres, Banque Alimentaire…), des élus… J’ai par ailleurs été marquée par le temps fort de proclamation du projet avec des personnes qui connaissent la précarité, sous forme d’une pièce de théâtre, avec une présidente qui a accepté de jouer le jeu et c’était un challenge !! L’idée générale était de vivre l’alliance jusqu’au bout et d’être ensemble.

Il faudra attendre un peu pour évaluer les fruits de cette journée mais on sait déjà qu’on aimerait faire un événement de ce type chaque année. Quant à la mise en œuvre du nouveau projet de délégation, des personnes se sont déjà engagées et des petits groupes se sont mis en place. D’ici fin novembre, une vidéo de la journée devrait être diffusée sur nos supports de communication. En décembre, nous lancerons un conseil d’animation renouvelé avec des personnes vivant la précarité, et pour cela nous serons accompagnés par une personne formée à la gouvernance partagée. Pour résumer l’esprit de notre démarche : le chemin emprunté pour arriver à nos objectifs et notre façon de les atteindre sont tout aussi importants que le résultat final ! ».

Favoriser le vivre-ensemble et agir pour le changement social

Ludovic De Lalaubie, délégué du Secours Catholique du Var et chef de projet pour l’éco hameau solidaire St François, résume l’essentiel du nouveau projet de délégation :

« Soucieux de favoriser le vivre ensemble et d’agir pour le changement social, le Secours Catholique dans le Var s’engage particulièrement dans 4 champs de pauvreté : l’isolement, les familles précaires, l’inactivité et le chômage, le difficile accueil de l’étranger.

Il désire insuffler dans ses pratiques des changements souhaités dans la société :

  • faire ensemble plutôt que pour les autres,
  • développer du partenariat et apprendre des uns des autres,
  • partager les responsabilités et le pouvoir,
  • agir pour le développement durable et intégral,
  • favoriser une communication qui relie.

C’est dans cet engagement concret avec les plus pauvres que le Secours Catholique souhaite participer à rendre visible l’Alliance entre Dieu et les hommes. »

Propos recueillis par Christophe Parel, responsable communication de l’UDV. Article réalisé grâce à la contribution, depuis le Mexique, de Nathalie Gadéa !

Pour aller encore + loin :

Téléchargez l’intégralité du Projet de délégation 2018/2023


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    AMDG

    La lecture de la presse et l’observation de la vie de nos sociétés ces temps-ci nous font l’effet d’un monde qui virevolte dans tous les sens, se perd en d’innombrables directions à des vitesses folles qui l’entrainent vers des rivages inconnus et parfois effrayants : l’éthique souvent citée mais finalement oubliée...

  • Brèves

  • Articles récents