Le sport solidaire, vecteur d’insertion

Les 22 et 23 septembre derniers, le Pôle sportif Claude Mésangroas du Pradet (Var) accueillait les 14° Rencontres Nationales du Sport Solidaire. Un événement à part, qui propose à des personnes fréquentant des lieux d’accueil dans toute la France de faire un pas supplémentaire vers l’insertion via la pratique sportive. Car au-delà du corps, cette dernière permet également de reconstruire l’esprit, comme nous l’expliquent Karim Bouzar, directeur des Amis de Jéricho à Toulon, et Jean-Marie Martinez, vice-président du Comité Côte d’Azur de Rugby et administrateur des Amis de Jéricho en charge du sport.

Quel est l’objectif des Rencontres Nationales du Sport Solidaire ?

Jean-Marie Martinez : « Les Rencontres ont vu le jour en 2002 à l’initiative de Gilles Rebêche, délégué diocésain à la solidarité, et Jean-Marie Martin, alors animateur aux Amis de Jéricho. Elles sont nées d’un constat simple : l’une des principales conséquences de la précarité est qu’elle anéantit petit à petit toute confiance en soi et toute estime de soi. Les principales “activités” deviennent alors la boisson, la drogue, l’oisiveté… À travers les moments de rencontre, de partage et d’amusement que permettent les Rencontres, nous voulons sortir les personnes de leur nonchalance et de leur fauteuil pour qu’elles entrent dans une spirale positive. »

img_9620

Karim Bouzar : « Partout sur le territoire national, dans des structures variées (Fondation Abbé Pierre, accueils de jour, pensions de famille, bureaux solidarité…), des animateurs sportifs utilisent les Rencontres Nationales du Sport Solidaire pour mobiliser des groupes de personnes en difficulté autour d’un projet qui représente presque un an de travail : le temps de motiver les troupes, de préparer la logistique, de s’entraîner… Le tout, dans un esprit de convivialité et de fraternité – ce qui explique le nom de “Rencontres Nationales” et pas de “Tournoi National” : s’il est naturel que les participants visent la victoire, la compétition à outrance n’y a pas sa place. Nous avons ainsi refusé pas mal de structures au fil des ans, car leur état d’esprit trop porté sur la gagne ne correspondait pas. »

Quels bénéfices offre le sport dans une démarche d’insertion ?

Jean-Marie Martinez : « Le sport est un véritable outil thérapeutique : lorsqu’on pratique une activité sportive régulière, on fume moins, on boit moins, on est davantage ouvert aux autres qu’ils soient partenaires ou adversaires. On recrée du lien, on récupère physiquement et psychologiquement… Partager un effort physique, se dépasser ensemble tout en s’amusant, et accepter de se plier aux règles du jeu, c’est le début d’une resocialisation. Et puis, le fait d’avoir un objectif – participer aux Rencontres, par exemple – apporte de la motivation et oblige à une certaine régularité dans la pratique ! »

img_9605

Karim Bouzar : « Le sport permet de reprendre confiance en soi, donc d’affronter plus facilement les obstacles du quotidien, et de pouvoir restaurer et entretenir un certain équilibre de vie – au plan mental comme physique. C’est un outil très efficace, qui accélère beaucoup de choses. On voit que les personnes s’investissent rapidement, se découvrent rapidement et, pour certaines, s’en sortent rapidement : le sport peut être un déclic puissant pour se lancer dans un véritable projet de réinsertion, ou tout simplement pour sortir de l’isolement et retrouver une dynamique de groupe. »

Comment prolongez-vous ces bénéfices durant le reste de l’année ?

Karim Bouzar : « Tous nos ateliers d’animation visent à tisser une relation de confiance avec les personnes en accueil, à les mobiliser sur un projet à plus ou moins long terme (alors qu’ils vivent d’ordinaire au jour le jour). Au niveau sportif, la salle de remise en forme inaugurée il y a un an – et financée par la Fondation Décathlon – nous a permis de pérenniser une offre d’activités sportives auparavant trop ponctuelle et disparate, et ainsi de mobiliser et fidéliser plus facilement les personnes. »

 

Jean-Marie Martinez : « Celles et ceux qui fréquentent la salle sont très assidus : leur motivation se renforce au fur et à mesure que la machine se remet en route. Malek Touat, notre animateur sportif, les aide à gérer leur effort, leur fatigue et leur douleur : le but n’est pas de les pousser dans le rouge, mais de s’adapter aux capacités de chacun pour les faire progresser à leur rythme et leur donner envie de persévérer. »

img_9591

Karim Bouzar : « Nous organisons également des activités foot et rugby au stade Léo Lagrange et au gymnase de la Roseraie, ainsi que des journées multisports au Pradet. En complément, nous proposons chaque jeudi une randonnée pédestre, en partenariat avec le Comité Départemental de Randonnée.  Il en faut pour tous les goûts ! »

Un rendez-vous fédérateur

Créées en 2002, les Rencontres Nationales du Sport Solidaire réunissent chaque année 500 participants venus de toute la France… et d’outre-mer, puisqu’une délégation réunionnaise fait le voyage depuis 2 ans.

Au fil des ans, elles se sont imposées comme un rendez-vous incontournable pour bon nombre de structures d’accueil ou d’insertion : « C’est l’un des rendez-vous les plus importants de notre association. Il contribue à remobiliser des gens qui peinent à vivre, et les aide à se projeter vers l’avenir », témoignait l’an dernier Patrick Chassignet, responsable national des boutiques solidarité et pensions de famille de la Fondation Abbé Pierre.

Il y a le sport, le soleil et la mer…

Au programme de ces 4 jours sous le soleil varois, les Rencontres sportives en elles-mêmes, bien sûr, mais aussi des plages de détente (les participants hors département sont hébergés au centre de vacances Belambra du Pradet), un large panel d’activités (visites, promenades, sorties en bateau, kayak, paddle, randonnée…), et des moments de convivialité grâce aux animations proposées en soirée.

« Les participants sont toujours ravis », souligne Jean-Marie Martinez. « Ces Rencontres sont pour eux une vraie coupure, et l’occasion de vivre des moments de partage, d’échange… et de rencontre : l’an dernier, un couple qui s’était rencontré à l’édition précédente s’est marié ! » Pierre de Coubertin, inventeur des Jeux Olympiques modernes, avait raison : l’important est bien de participer.

Contact : Malek Touat, animateur sportif aux Amis de Jéricho – 04 94 23 21 51 – [email protected]

Propos recueillis par David Martin, auteur bénévole pour Iota, commeunsigne.fr


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Suivons l'étoile !

    L'étoile de Noël, qui a guidé au cours de l'histoire tant d'hommes et de femmes sur les chemins du partage, de l'amour des plus pauvres, de l'hospitalité et de la réconciliation, continue de scintiller dans le cœur de tous ceux qui recherchent la paix.
    Cette étoile nous met en route comme des pèlerins de fraternité invités à faire de Noël une fête permanente dans tous les lieux que nous fréquentons, et les rencontres qui nous sont données de vivre...

  • Brèves

  • Articles récents