Tout savoir sur les bonnes nouvelles de l’été !

Focus

0

La photo de ce tout petit oiseau d’une dizaine de grammes, c’est elle qui, aujourd’hui, veut donner le ton de cet article. En ces semaines où se multiplient les catastrophes, où grondent les menaces guerrières, il vient nous rappeler que dans le monde, face à tout ce qui est violence ou destruction, il se passe des choses, petites, toutes petites même en apparence, mais porteuses de la beauté du monde, celle qu’on ne perçoit qu’avec le cœur. 

Commençons par les bonnes nouvelles nationales et internationales, puis nous poursuivrons avec les bonnes nouvelles du réseau de l’UDV !

Pendant le mois d’août, chaque jour, dans la presse, nous avons cherché des récits positifs, encourageants, comme des « fioretti » qui auraient un dénominateur commun : faire grandir l’espoir dans la vie des hommes. Bien sûr, comme l’écrit Benoît Fidelin, rédacteur en chef de Pèlerin Magazine, « rien à voir avec l’observation béate, l’oubli des drames ou la négation des problèmes. Il ne s’agit pas de s’en tenir aux bonnes nouvelles à la façon des Bisounours, c’est-à-dire de farder la réalité, mais bien d’ausculter cette même réalité avant d’en rendre compte sans faille et sans jamais s’en tenir au pire, en misant sur la capacité des hommes à se relever pour faire le bien. »

Petit florilège de bonnes nouvelles !

Cette recherche n’a pas  été de tout repos : dans la jungle des nouvelles et des faits que l’on appelle « divers », il a parfois fallu se tailler un chemin à la machette. Mais voici néanmoins quelques événements propres à nous faire dépasser le stade de l’anxiété ou du mécontentement et à nous réjouir.

Pour commencer, un film d’animation

  • Voici la sortie à Paris de CARS 3 avec les nouvelles aventures de Flash Mac Queen ! Confronté à Storm, le prétentieux invincible, notre gentil bolide rouge aborde des thèmes comme la solidarité, l’importance de croire en ses rêves et la nécessité d’accomplir son propre destin. Que le progrès technique n’avance pas au détriment de l’humain. Un vrai régal !

Puis, de la musique

  • Dans le Gers, à Marciac, on a accueilli pour la 40ème fois l’un des festivals de Jazz les plus réputés au monde. 200 000 spectateurs, une armada de bénévoles, une flotte de chauffeurs… et la statue de Winton Marsalis, né à la Nouvelle-Orléans, parrain de ce « petit festival de copains devenu monument international », dans cette « Toscane française » où il fait si bon vivre.
  • Ils s’appellent KIDS UNITED, ils sont comme des frères et sœurs ! Comme une mosaïque, aussi ! Gloria, Erza, Gabriel, Esteban et Nilusi sont « le monde de demain » et pensent qu’ils peuvent le sauver grâce à leurs messages de paix et d’espoir. Ces petites têtes sympathiques ont sorti cet été leur 3ème album, « Forever united ». A ne pas manquer !
Remets moi du ketchup ! Deuxième CD des Sans Voix

Remets moi du ketchup ! Deuxième album des Sans Voix

  • « Chope ma voix, chante pour moi, un Sans-Voix qui se voit… » : voilà ce qu’on entend dès la première chanson de ce CD à peine édité et dont le titre « REMETS-MOI DU KETCHUP ! » est pour le moins original. Le groupe musical des SANS VOIX (6 membres du Collectif La Parole des Sans-Voix) porte au monde la parole de ceux que l’on n’entend pas, les exclus de toutes sortes, et l’on sait que dans le domaine de la pauvreté, leur liste est loin d’être exhaustive…
    Les textes des chansons ont tous été écrits par des personnes en situation de précarité ou qui vivent des injustices, et dont les mots expriment ces maux qui prennent peu à peu racine dans notre monde d’aujourd’hui. Un album débordant de vie dont il faut absolument lire les poèmes du livret d’accompagnement, et qui n’hésite pas à crier que « Oui, la vie est belle ! ». Un magnifique exemple de solidarité.

Dans le domaine économique

  • Un village de la Manche, Mortain, est devenu un haut-lieu de l’économie sociale et solidaire, grâce à Acome, premier producteur français de câbles. Chaque année, des milliers de bobines, autour desquelles s’enroulent 5 millions ½ de kms de fibre, s’en vont aux 4 coins de l’Europe. C’est la plus grande et aussi la plus ancienne société coopérative et participative de France ; son capital appartient en majorité aux salariés et la promotion interne est une réalité. Un modèle dont les employés parlent avec enthousiasme et fierté.

Et celui de l’accueil et de la solidarité

  • Saorge, village au bout de la Vallée de la Roya, s’est organisé pour une action humanitaire : distribuer, tous les lundis soir, 300 repas aux migrants de Vintimille. « Il y a la loi des hommes et il y a la loi du cœur » dit un barbu aux allures de druide. Et chaque jour, à tour de rôle, un village de la Roya s’attelle à la préparation des repas. Vient cuisiner qui veut, bénévolement. Certains nourrissent, d’autres se chargent de l’habillement. « Quand tu vois sous la pluie, au bord de la route, des mômes africains qui errent, perdus, tu fais quoi ? Ben, tu t’arrêtes, voilà ! » Dans les années 90, ils ont récupéré des familles entières, irakiennes, abandonnées dans la montagne par les passeurs. Depuis, ils ne supportent plus de passer sans les regarder devant des gens qui ont vécu l’inimaginable.
  • A l’Abbaye de Belval, dans le Pas-de-Calais, des laïcs accueillent des migrants. Une hospitalité inconditionnelle comme au temps des Cisterciennes parties depuis 5 ans. Cet ancien monastère est maintenant un lieu d’économie sociale et solidaire. Depuis Juillet, il est Centre d’Accueil et d’Examen des Situations, approuvé par le Ministère de l’Intérieur. Une fromagerie, une boutique, un hôtel et un gîte, tenus par des salariés en réinsertion professionnelle et des bénévoles, complètent le tableau. Avec en plus, le travail d’entretien du parc de 12 hectares confié à 9 personnes en grande difficulté venant de l’Aide aux Sans-Abri d’Arras.
  • Abdul, réfugié afghan, a trouvé sa place à Lanmeur, village breton du Finistère.  Né à Kaboul il y a 25 ans, il a dû quitter son pays où il était interprète, sa vie étant menacée. Pris en charge par les habitants à son arrivée, un soir de novembre, il a maintenant une carte de résident pour 10 ans et  travaille chez un horticulteur. Un retour à la fac de Brest cette rentrée est envisagé pour préparer un master en Ressources humaines. Et le village a promis de l’aider. Un bel exemple d’intégration réussie !

Un peu d’Ecologie

  • Dans le Var, élus et habitants se sont mobilisés pour prévenir les feux de forêts. Ce sont 5 000 bénévoles, de 18 à 60 ans, répartis en 142 comités, qui font toute l’année de la prévention auprès des populations, puis, en liaison avec la vigie du Mont Caume, détectent les départs de feux et aident les pompiers. Jadis, il y avait les troupeaux pour assurer le travail de débroussaillage ! Et sans doute aussi moins de fumeurs imprudents ! Pendant ce temps, côté mer, l’Observatoire marin et la SNSM, sur la plage du Débarquement de la Croix-Valmer, sensibilisent les foules à la gestion du littoral, des déchets etc. Protéger l’environnement, c’est protéger notre avenir.

Et beaucoup de tendresse

  • Des motards des forces de l’ordre se sont mobilisés pour les enfants qui restaient pendant l’été à l’hôpital Sainte-Musse de Toulon. Police nationale, municipale, Gendarmerie, Douanes et militaires, actifs et retraités, tous passionnés de moto et membres du Shotgun MC, club international, ils ont réalisé une collecte de jouets pour enfants de tous les âges et sont venus les leur apporter un après-midi.
  • Après l’incendie de Bormes-les-Mimosas, la clinique vétérinaire a été aux petits soins pour les animaux rescapés, tant sauvages que domestiques. Brûlés, perdus, affolés, il était bien difficile de dire ce qui leur était arrivé. La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et une clinique de Hyères se sont jointes à elle et un appel a été lancé pour offrir des croquettes aux chats et aux chiens dont les propriétaires avaient tout perdu. Il y a eu là aussi plein de belles histoires de solidarité et d’amitié.

Un peu de sport ?

  • A la Vignette, près de Giens, au sein de l’hôpital Renée-Sabran, salariés encadrants diplômés et bénévoles se relaient 7 jours sur 7 pour que des personnes handicapées et leurs familles aient accès à des loisirs que tous pensaient inaccessibles : baignade, natation, sorties en bateau, jet-ski… Sur le ponton de l’Association Un Fauteuil à la Mer, entre handicapés et valides, ensemble, il se crée des liens, des amitiés. « C’est bien plus qu’un boulot de plagiste, dit une salariée, et franchement, je ne me vois pas faire autre chose ».
  • A Londres, où se déroulent les championnats du monde, avec Pierre-Ambroise Bosse pour le 800 mètres et Kevin Mayer pour le décathlon, la troisième médaille d’or est revenue à Yohan Diniz. Après le calvaire qu’il a vécu à Rio en 2016, c’est pour le marcheur athlétique la victoire du courage, de la volonté et de la persévérance.
  • En Corse, le 5ème trail du Monte Cardu, près de Venaco, a réuni près de 80 bénévoles au service de l’Association des Diabétiques de Corse. Avec 15 km de course et une marche de 6 km, c’est un magnifique message d’espoir qui est envoyé par tous : même atteint par cette maladie, on peut réaliser de grandes et belles choses. Grâce aussi au bel esprit de bénévolat qui y est manifesté.

Pour terminer, faisons maintenant un saut en Asie

  • La 7ème JMJ asiatique a été lancée en présence du Sultan de Yogyakarta. Marquée par le multiculturalisme, caractérisée par une dimension particulière interreligieuse, cette journée a été préparée et sera animée par les jeunes, catholiques et musulmans, N’oublions pas que l’Indonésie est le pays musulman le plus peuplé au monde.

Mais revenons à l’oiseau de l’en-tête de cet article : il a un nom bien compliqué, ce petit migrateur : phragmite aquatique ! Assez vaillant pour parcourir 6000 kilomètres de l’Europe de l’Est à l’Afrique,  il est en voie d’extinction à cause de la détérioration progressive de son habitat… pour les besoins des hommes. Alors, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) de Charente-Maritime, où il se refait des forces avant d’attaquer le Sahara, a créé des équipes de surveillance, de soin, d’études dans le cadre d’un plan national d’action. Ils sont bagués, soignés, dorlotés !

Un été à l’UDV, les échos du réseau

Certes, il y a les bonnes nouvelles de l’été, un peu partout en France et dans le monde, mais il y a aussi celles de l’UDV ! Nous savons tous que pendant le temps dit « des vacances », beaucoup d’associations se mettent  en repos, ne serait-ce que pour permettre à tous ceux qui œuvrent avec eux de souffler un peu et de se retrouver en famille.

Mais la vie continue et nous avons choisi de vous partager les joies vécues ces dernières semaines par notre réseau et ses partenaires.

  • Camp scout à Erymanthe. A Draguignan, à l’Eco-Hameau St François, du 9 au 15 juillet, une équipe de scouts et Guides de France de la région parisienne est venue camper sur place. Avec eux se trouvaient 4 jeunes migrants (mineurs non accompagnés) originaires de Guinée et du Mali. Ce fut un moment de vie intense où ces jeunes d’origines et de cultures si différentes eurent la possibilité de se découvrir et de partager leurs histoires, leurs parcours à travers des jeux, des animations, des veillées. Une expérience d’où chacun sera rentré chez lui « pas tout à fait comme avant ».
  • Les scouts à la ferme des Esclamandes : Du 9 au 17 juillet, 4 scouts hébergés sur Fréjus sont venus donner un coup de main à la ferme. Entre autres, ils  ont déplacé et entièrement refait l’enclos des lapins !  Et comme la personne qui les hébergeait se mariait, ils ont accepté de jouer les baby-sitter pour tous les enfants du mariage. Ils ont également profité de l’animation  à la ferme offerte à ses clients par le Camping de l’Argens, puis, avant de repartir, ils ont partagé un repas avec les bénévoles de la ferme. Leur séjour terminé, ils ont pris la route du Haut-Var, enchantés de cette semaine si bien remplie !
  • Concert à Bandol :  Le 4 août, Frère Jean-Matthieu, très actif auprès des jeunes migrants non accompagnés qu’il rencontre journellement sur Toulon, décidait d’en emmener  quelques-uns au concert donné à Bandol par Alpha Blondy, star africaine du reggae, dans le cadre de la 1re édition du LUNALLENA FESTIVAL. 16 jeunes originaires de divers pays d’Afrique et leurs 5 « accompagnateurs-chauffeurs » se présentaient donc à l’entrée : après un échange sympathique avec l’organisateur du concert, tous furent admis gratuitement au spectacle (les places étaient vendues 35 euros) ! Un joli cadeau que tous apprécièrent et dont ils gardent un merveilleux souvenir.
  • Les premières récoltes au Jardin solidaire de la Castille : Tout ce qui avait été semé est arrivé à maturité et l’heure de la récolte a sonné. Nous sommes dans le Midi et quoi de plus normal que de pouvoir cuisiner une bonne ratatouille : tomates, aubergines, poivrons, courgettes, oignons, légumes d’été sans rivaux ! Dès le mois d’octobre, ce sont les légumes d’hiver qui feront leur apparition. Et puis, les figuiers de la Castille croulaient sous les fruits : il y a eu de quoi régaler du monde et faire une grande quantité de pots de confiture. Confiture vendue sur place et aux Amis de Jéricho. Une bonne année qui en promet beaucoup d’autres…
  • Une drôle de surprise attendait les résidents des Favières le  jeudi 10 août 2017 : un routier de passage s’est arrêté pour y déposer un carton trouvé en bord de route, à l’intérieur deux chatons âgés de 7 semaines, sans doute victime des traditionnels abandons de l’été. 2 résidents ont accueilli les rescapés dans leurs chambres respectives en attendant qu’une place se libère dans une  familles d’accueil d’une association de protection animale toulonnaise. Le sauvetage un peu particulier de « Tulip » et « Maiev » a fait parler de lui au refuge et les bénévoles ont remercié les résidents avec de nombreux dons de produits d’hygiène et de vêtements ! Les deux chatonnes ont depuis été adopté ensemble sous contrat associatif. Une preuve que la solidarité dans le monde associatif peut dépasser le cadre des habitudes !

  • Le chantier du Beausset : A la Maison des Frères, le chantier de rénovation ne s’est pas arrêté pendant l’été. La salle de réunion du rez-de-chaussée est presque terminée et les travaux du second étage se poursuivent.
  • Le chantier Erymanthe : C’est la partie la plus spectaculaire de la construction, les murs, qui se montent actuellement, et le chantier a été actif tout l’été. Pour la petite histoire, Mme Mireille Chauvin, donatrice de la propriété, dit qu’elle peut, de sa fenêtre, saluer le grutier chaque matin !

  • A Cotignac, semaine islamo-chrétienne : Séjour des Oliviers Interreligieux Familial, c’est ainsi que s’est appelée la semaine du 5 au 12 août dernier, au cours de laquelle plus de 80 personnes, hommes, femmes, enfants, chrétiens ou musulmans ont vécu  ensemble, à l’ombre des oliviers du fameux sanctuaire Notre Dame des Grâces de Cotignac, des moments intenses de rencontre et de partage. Réflexion sur des grandes thématiques communes au christianisme et à l’islam, échanges, médiations, après-midis récréatives et joyeuses veillées en famille ! Convivialité et bonne humeur ont été au rendez-vous ! Les enfants pris en charge par six jeunes filles Compagnons des Scouts et Guides de France et une éducatrice musulmane – venues toutes  volontairement pour participer au projet – les adultes ont pris le temps d’échanger sur le contenu de leurs religions respectives. Des musulmans ont librement pu assister aux messes et les chrétiens étaient unis à leurs amis musulmans pendant les temps de prière. Une semaine riche en émotions où les participants ont pu pleinement vivre ensemble, partageant fous rires, services, repas, loisirs et temps de recueillement. Le SOIF 2017 est aux yeux de tous, une pleine réussite, comme l’avait été celui de 2016. Les organisateurs, un collectif d’amis, laïcs chrétiens et musulmans sont plus motivés que jamais pour préparer l’édition 2018.
Et deux informations :

  •  Le dimanche 15 octobre prochain,de 14 h 30 à 17 h., aura lieu, à TOULON, Maison de la Méditerranée, salle Porquerolles, une rencontre inter-religieuse pour la paix intitulée CHEMINS DE FRATERNITÉ, UN PAS VERS L’AUTRE.  Un cycle de formation chrétienne sur l’Islam est proposé 4 samedis de ce trimestre, de 9h à 12h 15 à la Maison des Technologies ISEN à Toulon. Pour plus ample informé, vous pouvez vous adresser au Service Diocésain des Relations avec les Musulmans auprès de Frère Hubert-Marie, Sanctuaire ND des Grâces – COTIGNAC 
  • L’enquête DLA ou Dispositif Local d’Accompagnement : C’est Mme Myriam FABRE, ancien chef de service à la Préfecture du Var, qui est plus particulièrement chargée de cette mission, en lien avec Ludovic Teillard.  Ce diagnostic est réalisé en 2 temps, d’abord axé sur le Centre départemental de l’UDV, puis étudiant le fonctionnement des différentes associations de l’UDV. Ce travail n’étant pas encore parvenu à son terme, il serait prématuré d’essayer de tirer des conclusions. L’Etat finance le DLA afin de consolider et conforter la viabilité économique de l’UDV.
  • La naissance d’ISA : Initiatives Solidaires Azuréennes, une nouvelle association, basée à Hyères, qui porte un projet de Maisons des Familles et qui vient de demander à adhérer à l’UDV.
  • La naissance de Romespérance : Nouvelle association sur l’Aire toulonnaise, avec Emmanuel GROSSETETE poour Président. Son but : reprendre à partir de Janvier 2018 le suivi des famille Roms.

Enfin, comment ne pas évoquer ces heures que tous et toutes apprécient :

  • La retraite à la Sainte Baume – 29 et 30 août : Deux journées qui ont rassemblé les diverses réalités de la Diaconie : UDV, Secours Catholique, Fraternité St Laurent, Morts de la Rue, St Vincent de Paul…pour un temps fraternel de ressourcement avant la rentrée, sous le haut patronage de Mgr Rey, avec le P.Alexis et le diacre Gilles Rebêche. C’est le P.Nicolas Buttet, qui, comme l’an dernier, assurait les enseignements autour de l’action sociale nourrie par le spirituel. Enseignements suivis de groupes de partage et de réflexion. Le soir à la veillée, il y eut des témoignages sur les réalités de la Diaconie : par le Frère Jean-Matthieu et Notre-Dame de la Rue, par les 2 couples voisins solidaires arrivant de Madagascar et nouvellement installés aux Favières et à la Maison des Frères. Le lendemain, montée à la Grotte et départ après le déjeuner.

 

« Faites le bien par petits bouts, là où vous êtes, car ce sont tous ces petits bouts de bien rassemblés qui transforment le monde » a dit Desmond Tutu, archevêque anglican sud-africain, Prix Nobel de la Paix en 1984.

Mis à part  les exploits de nos champions du monde, les autres faits relatés ci-dessus n’ont pas bénéficié de grandes manchettes dans la presse. Pourtant, du Pas-de-Calais à la Corse et de la Bretagne à la Vallée de la Roya, et partout dans le monde, chaque jour, il se passe des choses dignes d’émerveillement, d’admiration, des gestes exemplaires, capables d’en susciter de semblables.

Si l’on y regarde de plus près, nous constatons la fragilité des êtres auxquels ces actions sont destinées : enfants, travailleurs en difficulté, handicapés, malades, migrants, sinistrés et jusqu’aux animaux victimes des méfaits de l’homme.

Il y a en tout être vivant une fragilité pas toujours reconnue ni admise. Il est tellement plus valorisant, pensons-nous, de célébrer la force, le succès, la domination, tout ce qui peut mettre en vitrine nos réussites apparentes. Bien au contraire, il nous faut absolument nous persuader que, non seulement nous faisons grandir celui envers qui nous sommes attentifs, mais que nous nous grandissons nous-mêmes.

Quel camp choisirons-nous ? David le petit ou Goliath le géant ? Saint François de Sales au XVème siècle avait déjà une idée bien arrêtée :

« Le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit ».

Par Aline Racheboeuf, auteure bénévole à IOTA


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    L'art de la conversation

    Le 16 avril dernier, plusieurs journalistes et écrivains ont décidé de faire entrer au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco « l’art de la conversation ». En apprenant cette nouvelle, j’ai craint qu’elle ne passe inaperçue dans nos associations et tout le réseau de la diaconie ; je profite de ce billet d’humeur pour attirer l’attention des lecteurs de Iota sur cet événement.

  • Brèves

  • Articles récents