Sans logis gravement malades : comment les soigner ?

Santé et bien être

Promo Soins accueille des familles en rupture de droits, des étudiants sans couverture complémentaire, des jeunes en errance, des retraités et des travailleurs à faible revenus

0

Cancers, sida, alzheimer… : les maladies graves n’épargnent pas les personnes à la rue. L’association Promo Soins préconise de les soigner et les accompagner en chambre médicalisée. 

Pourquoi les gens à la rue ne pourraient bénéficier d’aucun soin en cas de graves maladies chroniques ? Surtout quand c’est une question de vie ou de mort !

Tel est le cri du cœur de l’association Promo Soins à Toulon. Membre de l’Union Diaconale du Var, elle met en relation de nombreuses personnes sans couverture sociale (près de 2000 en 2013), avec des médecins, des infirmiers, des psychologues, etc.

Lits d’accueil médicalisés

« Notre souhait ? La mise en place de lits d’accueil médicalisés », explique Raymonde Hugonnier, présidente de l’association. Une première dans le Var. Chacun disposerait d’une chambre équipée et pourrait compter sur un accompagnement médical performant et permanent. « Une sorte de chez soi médicalisé. Si les services de l’État lancent un appel à projets, nous serons prêt à y répondre », assure Raymonde.

Depuis 2007, Promo Soins accueille déjà, en « lits halte soins santé », des personnes en grande précarité, en convalescence, après une hospitalisation par exemple. Le temps qu’elles se remettent sur pied. Un médecin salarié est attaché spécifiquement à cette structure.

Avec le projet de lits d’accueil médicalisés, Promo Soins souhaite faire un pas de plus vers un accompagnement médical, complet et digne, de personnes en grande difficulté, parfois jusqu’en fin de vie.

 


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    L'art de la conversation

    Le 16 avril dernier, plusieurs journalistes et écrivains ont décidé de faire entrer au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco « l’art de la conversation ». En apprenant cette nouvelle, j’ai craint qu’elle ne passe inaperçue dans nos associations et tout le réseau de la diaconie ; je profite de ce billet d’humeur pour attirer l’attention des lecteurs de Iota sur cet événement.

  • Brèves

  • Articles récents