Samu social : les bus de nuit du réseau UDV

Dans le réseau des associations de l’Union Diaconale du Var (UDV), 2 d’entre-elles mettent en oeuvre une action « Samu Social » avec des bus de nuit et leurs équipages qui, chaque soir, vont à la rencontre des personnes qui vivent dans la rue. L’une est présente à Toulon, l’autre à Fréjus. Eclairage sur ces 2 réalités.

A Toulon, l’action « Samu Social Bus de nuit » est pilotée par l’association Solidarités Aire Toulonnaise (Sat), pôle territorial de l’UDV. L’action du Bus de nuit est très importante en matière de lutte contre l’exclusion. Fonctionnant tous les jours de l’année, et particulièrement sollicité en période hivernale et estivale, le Bus de nuit permet d’aller à la rencontre des personnes vivant dans la rue et d’établir un contact avec elles, de maintenir un lien social.

C’est aussi un « empêcheur de penser en rond » : par sa présence, et facilement repérable avec ses logos bleus et son gyrophare orange, le « Bus » signifie et rappelle à nos concitoyens que la misère, la pauvreté et la solitude sont malheureusement bien présentes dans les rues de notre ville…

Une nouvelle base fixe pour le Bus de nuit à Toulon

L’action « Samu social Bus de nuit » a récemment déménagé et depuis le début de l’année, elle s’est installée dans de nouveaux locaux, à la Maison Providence, au 363 de l’avenue du colonel Picot, à Toulon. Auparavant, sa base fixe se situait à la Halte Ste Musse, rue du Commandant Loste, à Toulon, quartier général de l’EMPS, l’Equipe Mobile Précarité Santé, elle aussi portée par Sat et dirigée par Elisabeth Laborel. L’EMPS va aussi à la rencontre des personnes vivant dans la rue, en journée, via des binômes composés d’un travailleur social et d’un infirmier détaché par l’Hôpital public.

Les nombreux bénévoles du Bus de nuit lors de l'inauguration des nouveaux locaux, le 24 janvier dernier.

Les nombreux bénévoles du Bus de nuit lors de l’inauguration des nouveaux locaux à la Maison Providence, le 24 janvier dernier.

Les enjeux de la nouvelle implantation du Bus de nuit sont doubles :

– Se rapprocher de la cuisine de l’accueil de jour Les Amis de Jéricho, où sont désormais préparés les repas (soupe et sandwichs), qui sont ensuite servis aux sans-abris au cours de la tournée du Bus.
– S’intégrer au service Bénévolat du Centre Départemental de l’UDV, renforcé par la récente arrivée d’une nouvelle permanente, Véronique Bordier, au sein duquel sont coordonnés les 80 bénévoles qui agissent pour le Bus de nuit.

Début 2018, c’est l’accueil de jour Les Amis de Jéricho qui devrait porter l’action du Bus de nuit.

Il est important de préciser que le Bus de Nuit de Toulon est une action animée par de nombreux bénévoles qui se relayent tous les jours de l’année, 365 jours/365 !

A Toulon, le Bus de nuit est facilement repérable avec ses logos de couleur et son gyrophare.

A Toulon, le Bus de nuit est facilement repérable avec ses logos de couleur et son gyrophare.

A l’occasion de ce nouveau départ, un jeune de l’association Coexister, Saïkou Mohamad Elkaly CAMARA, épaulé par Delphine Dumont, du service communication de l’UDV, a réalisé un reportage vidéo sur la tournée du Bus de nuit. Vous pouvez le visionner en cliquant sur l’image vidéo :

En parallèle, Audrey Souriau, journaliste à la radio RCF Méditerranée, a elle aussi suivi une tournée du Bus de nuit. Vous pouvez retrouver son très instructif reportage radio en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://rcf.fr/actualite/laction-bus-de-nuit-du-samu-social

L’action Bus de nuit dans l’Est Var

Dans l’Est Var, on trouve aussi une action « Samu Social Bus de nuit ». Elle est portée par l’association Les Amis de Paola, association membre de l’Union Diaconale du Var (UDV), et adhérente à Solidarités Est Var (SEV), pôle territorial de l’UDV.

Les Amis de Paola portent plusieurs actions :

  • un accueil de jour pour personnes en grande précarité et/ou sans abris.
  • des dispositifs d’hébergement d’urgence permettant d’accueillir 25 personnes.
  • 2 actions Samu Social avec une Equipe mobile précarité santé (EMPS) en journée et un service de maraude le soir.

Nous avons interviewé Josiane Ivaldi, directrice des Amis de Paola. Elle nous explique le fonctionnement de l’action Samu Social, qui agit depuis 2004 et bénéficie de l’agrément Samu Social depuis 2006.

« L’action Samu Social portée par Les Amis de Paola est un service de maraudes qui va à la rencontre des personnes vivant dans la rue, en journée et en soirée, tous les jours de l’année, excepté le dimanche. Le territoire couvert est celui de la Cavem (Communauté d’Agglomération Var Estérel Méditerranée), avec une attention particulière pour les communes de  Fréjus, St Raphaël, Puget et Roquebrune.

Premièrement, en journée, est organisée l’action de l’Equipe Mobile Précarité Santé (EMPS), qui va à la rencontre des gens de la rue. Cette équipe est uniquement composée de salariés : 1 éducateur, 1 psychologue et 1 moniteur éducateur de l’accueil de jour. Elle intervient du lundi au vendredi et s’articule avec l’activité de Promo Soins et de la PASS, la Permanence d’Accès aux Soins de Santé de l’hôpital. A la différence de l’EMPS de Toulon (voir plus haut), nos équipes n’intègrent pas de personnel médical.

L’objectif de l’EMPS est d’aller à la rencontre des personnes vivant dans la rue, d’échanger avec elles, de repérer les situations, d’orienter et d’accompagner, physiquement si nécessaire, ces personnes vers les dispositifs adéquats. Plus profondément,  il s’agit d’aider les personnes à mettre en place leur projet de vie. Elle est en lien quotidien avec le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO), le « 115 ».

Le "bus de nuit" du Samu Social, à Fréjus, permet d'aller à la rencontre des personnes vivant dans la rue.

Le « bus de nuit » du Samu Social, à Fréjus, permet d’aller à la rencontre des personnes vivant dans la rue.

Deuxièmement, le soir, c’est l’action du bus de nuit qui prend le relais de l’EMPS. Lui aussi effectue des maraudes et va à la rencontre des personnes vivant dans la rue. Notre véhicule est conduit par un binôme composé d’1 salarié et 1 bénévole. Il circule du lundi au samedi, est d’astreinte le dimanche et intervient suite à des signalements. Le véhicule effectue une tournée qui s’arrête à quelques points fixes, et il effectue aussi des recherches aléatoires à des endroits disséminés sur le territoire. Comme l’EMPS, le bus de nuit est en lien avec le SIAO 115 et nos partenaires. Lors de ses arrêts, l’équipe du bus offre une collation aux personnes qu’elle rencontre, leur propose une boisson, des couvertures… La collation est préparée par la cuisine des Amis de Paola. Une dizaine de bénévoles sont impliqués dans cette action.

Notre plus, c’est de lier entre elles nos actions menées auprès des plus fragiles : par exemple, les salariés de l’accueil de jour font la maraude du soir à tour de rôle, et elles peuvent ainsi retrouver des personnes vivant à la rue et qui fréquentent l’accueil de jour. Ainsi, le lien s’établit plus facilement et les personnes démunies ont des repères. On est en mesure de proposer un accompagnement global ».

Reposant sur l’engagement des bénévoles et la bonne volonté, les Bus de nuit continueront de sillonner les artères de nos villes tant que des personnes  continueront malheureusement à vivre dans la rue. Ces actions ont besoin de vous : engagez-vous ou faites un don pour les soutenir dans la durée !

Par Christophe Parel, responsable communication de l’UDV.

Pour aller + loin…

Contacts de vos interlocuteurs  ou proposer vos services comme bénévole pour les actions Bus de nuit.

  • A Toulon : service Bénévolat et Volontariat de l’UDV, [email protected], 04 94 24 89 19.
  • A Fréjus : Les Amis de Paola,[email protected], 04 94 52 24 68.

Vous souhaitez faire un don pour soutenir ces actions en faveur des plus démunis :
Cliquez sur ce lien : http://www.udv-asso.fr/je-fais-un-don/

Retrouvez les articles de presse portant sur l’inauguration de la nouvelle base fixe du Bus de nuit, à Toulon :

Reportage paru dans La Marseillaise, le 26 janvier 2017

 

Reportage paru dans Var Matin, le 26 janvier 2017

 


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    La coopération participative

    On raconte qu'au Moyen Age il existait des « moines pontifes » : on appelait ainsi cette catégorie de religieux parce qu’ils fabriquaient des ponts. En effet, à cette époque, pour passer d'une Seigneurie à une autre, il fallait passer par des ponts avec des péages payants et les pauvres n'avaient de ce fait pas les moyens de bouger. Ils étaient comme « assignés à résidence »...

  • Brèves

  • Articles récents