Provence Verte Solidarités au service des plus fragiles en milieu rural

Focus

0

Depuis 8 ans, l’association Provence Verte Solidarités (PVS) développe ses actions au service des plus fragiles sur les territoires de la Provence Verte et du Haut-Var Verdon. Son assemblée générale 2017 s’est tenue vendredi 20 avril, l’occasion pour Iota de rappeler les actions mises en œuvre par cet acteur de terrain en milieu rural. 

Nous avons interviewé Pierre de Riberolles, trésorier de l’association. Il nous explique les missions de l’association, les enjeux du combat contre la précarité en Provence Verte et les spécificités de ce territoire.

Pouvez-vous vous présenter et nous dire quel est votre rôle dans l’association ?

«Je viens de vivre une étape importante avec mon passage à  la retraite. J’ai déménagé de Marseille à Carcès en juin 2017, et Gilles Rebêche m’a mis en contact avec Olivier de Boisgelin, président de Provence Verte Solidarités. Ayant accepté de participer à une réunion du conseil d’administration de l’association en octobre 2017, je me suis trouvé désigné comme trésorier !».

Quelles sont les racines et les raisons de votre engagement bénévole ?

« J’ai accepté de venir prêter main forte car je suis très sensibilisé à la diaconie du Var que je connais depuis fort longtemps – j’ai notamment participé à la création des Amis de Jéricho en 1985 – et je souhaitais pouvoir m’y impliquer de nouveau.

Mon parcours professionnel un peu particulier m’a fait passer par une période d’engagement à ATD Quart Monde puis par le secteur associatif dans diverses actions de lutte contre l’exclusion. J’ai ensuite été impliqué dans les divers dispositifs de la politique de la ville à La Seyne-sur-Mer, puis Nîmes et Marseille. Je suis finalement revenu à la Seyne-sur-Mer pour le pilotage du programme de rénovation urbaine du quartier Berthe ».

Quelles sont les missions principales de Provence Verte Solidarités ?

« L’association a un rôle d’animation consistant à mettre en réseau et fédérer les associations membres de l’UDV présentes sur le territoire de la Provence Verte. Cette fonction est d’ailleurs appelée à évoluer lors de l’assemblée générale de l’UDV qui aura lieu fin mai.

Par ailleurs, Provence Verte Solidarités porte l’action Promo Soins sur Brignoles depuis 2013. Cette action consiste à proposer des permanences socio-médicales à des personnes vulnérables et ayant des difficultés d’accès aux soins.

Concrètement, nous assurons des permanences 3 demi-journées par semaine, avec un accueil, la possibilité de rencontrer l’assistante de service social et une prise en charge médicale et pharmaceutique. Une permanence sociale et médicale est organisée le lundi matin, des soins dentaires sont dispensés le lundi après-midi, et une permanence sociale est également proposée le jeudi matin.

Les membres de l’association sont aux « petits soins » !

Un peu plus de 300 personnes ont été accueillies et accompagnées par Promo Soins en 2017 !

L’association s’appuie sur une trentaine de bénévoles impliqués dans l’accueil, les soins et également le conseil d’administration. Nous disposons aussi d’une équipe salariée avec un agent de développement, une assistante de service social, un agent administratif et un agent d’entretien ».

Il apparaît que les missions de l’association sont plus larges que l’activité de Promo Soins : pouvez-vous les détailler ?

« En effet, l’association cherche à être présente sur le territoire de la Provence Verte et s’est ouverte à d’autres projets.

Elle a par exemple assuré le portage de l’Accorderie de Brignoles  avant que celle-ci ne se constitue en association sous le nom d’Accord’heures en Provence Verte et prenne son autonomie.

Puis en 2015, toujours à Brignoles,  elle s’est impliquée dans le Contrat de ville, avec notamment le portage du Conseil citoyen et du fonds de participation des habitants puis en assurant des actions d’animation dans les quartiers en 2017. Ce volet d’action a été transféré au centre social début 2018.

Une vie sociale se développe au sein de l’association.

Nous souhaitons maintenant développer des actions ayant un rayonnement territorial plus large :

Premièrement, nous nous préparons à mettre en place un Promo Soins itinérant, complémentaire de l’actuel Promo Soins de Brignoles. 15 à 20% des personnes qui viennent à Promo Soins résident hors de Brignoles, il nous faut donc être mobiles pour aller rejoindre le public en difficulté sur son lieu de vie. Le projet consiste à mettre en place des permanences dans les communes en nous appuyant sur des acteurs locaux pour pouvoir être identifié facilement. Nous attendons des réponses pour les financements européens et régionaux (programme Leader) et nous espérons pouvoir lancer cette action itinérante au cours du 2e semestre 2018.

Deuxièmement, nous travaillons depuis l’année dernière avec le Secours Catholique sur un projet appelé Ictus, un sigle qui signifie Initiatives Coopératives de Territoire pour Unifier les Solidarités. L’enjeu de cette démarche est de rencontrer les acteurs du territoire engagés dans des actions de solidarité (paroisses, associations…), afin de voir s’ils se reconnaissent dans l’esprit de la diaconie. Une équipe projet a été créée et elle mène actuellement des interviews avec un premier ensemble d’acteurs repérés sur le territoire.

Nous allons prochainement être appuyé par l’ARDL, l’Association Régionale de Développement Local, dans cette démarche de recherche action. L’enjeu est de développer de la connaissance mutuelle et aussi d’envisager des points de coopération et de soutien ; créer du réseau local pour agir de concert, si affinité ! Nous envisageons de créer un événement de type rassemblement, assises ou université de la diaconie en 2019, peut-être à Cotignac, dans le cadre de l’année jubilaire marquant les 500 ans des apparitions ».

Quelles sont les particularités de la Provence Verte et des personnes que vous accueillez ?

La Provence Verte est un territoire rural composé de vignes, de cultures, de forêts ; il est verdoyant et parsemé de collines. Les marqueurs de la pauvreté y sont assez spécifiques : on y rencontre par exemple des personnes âgées isolées et qui vivent dans des maisons en très mauvais état, et aussi des jeunes en difficulté sociale, en raison d’un fort taux de chômage notamment.  Il y a un important travail au noir et aussi saisonnier, de plus l’économie touristique bénéficie à certains et pas à tous… Les personnes les plus démunies ont des problèmes de mobilité et ont du mal à se déplacer, en raison notamment d’un système de transports en commun réduit.

La réalité du territoire fait que les acteurs investis dans le champ de la solidarité sont éloignés les uns des autres. Les personnes en difficulté sociale ont du mal à comprendre le système dans lequel elles évoluent et elles peinent pour s’informer des systèmes d’aide ou d’accompagnement dont elles pourraient bénéficier. Beaucoup d’informations se transmettent via le bouche à oreille, mais encore faut-il être dans les réseaux…

Nous devons muscler nos actions pour répondre au mieux aux besoins des habitants. Cet automne, nous ferons un événement festif pour marquer le 5ème anniversaire de la création de Promo Soins. Il s’agira de faire connaître nos actions pour attirer de nouveaux bénévoles et mobiliser des compétences nécessaires pour développer nos services ; l’enjeu est vraiment de trouver des ressources pour assurer le service de celles et ceux qui en ont besoin ».

Propos recueillis par Christophe Parel, responsable communication de l’UDV.

Pour aller plus loin :

Visitez le site de l’association

Visitez le site de la Petite Fabrique

Consultez le rapport d’activités 2017

Découvrez le reportage vidéo réalisé en 2016 par l’équipe vidéo bénévole de la diaconie

Vous souhaitez contacter l’association et/ou vous engager comme bénévole ?

Contact :

Provence Verte Solidarités
2, rue du grand escalier
83170 BRIGNOLES
04 83 07 00 41
[email protected] 


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    L'art de la conversation

    Le 16 avril dernier, plusieurs journalistes et écrivains ont décidé de faire entrer au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco « l’art de la conversation ». En apprenant cette nouvelle, j’ai craint qu’elle ne passe inaperçue dans nos associations et tout le réseau de la diaconie ; je profite de ce billet d’humeur pour attirer l’attention des lecteurs de Iota sur cet événement.

  • Brèves

  • Articles récents