Vacances solidaires en famille !

Depuis près de 25 ans au Beausset, la Maison des Frères accueille des familles dans le cadre des « vacances solidaires ». Objectif : permettre aux familles qui ont peu de moyens matériels et financiers de se ressourcer dans un cadre champêtre et convivial. Reportage.

Située au cœur de ville du Beausset vieux, la Maison des Frères ne laisse pas indifférent. Cette grande bastide provençale aux volets couleur lavande est entourée d’un vaste parc arboré. Et devant la maison, un magnifique et immense pin centenaire offre une ombre propice aux repas à  l’extérieur. Dès notre arrivée, la maison bruisse de mille bruits, sur fond de chant des cigales. Ce jour-là, c’est un groupe de jeunes protestants venus de Suisse qui font étape dans la résidence, et préparent une intervention de rue à Marseille.

Nous sommes rapidement accueillis par Rémy Thiollier, l’hôte de maison sur place. Il est le coordinateur de l’association Méditerranée Larges Horizons (MLH), qui gère les lieux depuis 1992. Cette année-là, le diocèse de Fréjus-Toulon lui a confié la gestion de la maison après qu’un ordre religieux lui a légué la propriété (voir encadré sur l’histoire de la maison). Et il nous explique le fonctionnement du lieu.

13 000 nuitées par an !

« Nous proposons un accueil continu toute l’année, 365 jours sur 365, il n’y a pas de jour de fermeture. Et les publics qui fréquentent la maison sont très variés, mais toujours avec un objectif solidaire », détaille Rémy. « Notre capacité d’accueil est conséquente puisque notre moyenne est de 13 000 nuitées par an ». Ce chiffre donne en effet la mesure de la fréquentation !

« Pour synthétiser, au fil du temps, nous avons développé 5 grands axes pour l’accueil des différents publics », ajoute Rémy.

La Maison des Frères ornée de son pin centenaire

La Maison des Frères ornée de son pin centenaire

Axe 1 : l’hébergement social

Premièrement, la maison propose un volet d’hébergement social. Il permet d’accueillir de façon temporaire des familles en situation de précarité, notamment lorsqu’elles sont en attente d’obtenir un logement pérenne. La durée d’accueil varie entre quelques jours et plusieurs mois. Sur les 70 lits que compte la maison, 20 sont réservés en permanence pour ce type de public, et « ils sont occupés toute l’année », selon Rémy.

Les familles sont orientées par le Conseil Départemental ou la Préfecture. La résidence dispose des agréments « séjours étapes » et « Maison relais ». Ce dispositif permet un accueil sur plusieurs mois et un accompagnement de long terme aux familles qui en ont besoin. Ceci fait partie du projet social de l’établissement, sur le volet aide à la parentalité. Tandis que l’équipe sur place (composée de 5 salariés, environ 20 bénévoles et des volontaires européens) propose différents types d’aide (soutien scolaire, démarches administratives, observation sociale…), les familles sont suivies par un travailleur social.

Une demeure historique

La Maison des Frères date du XVIIIème siècle. Surnommée « le château », elle fut à l’origine une demeure familiale. Pendant la Première Guerre Mondiale elle a servi d’hospice. Elle est ensuite devenue un pensionnat pour jeunes filles avant que les Frères Auxiliaires du Clergé en deviennent les héritiers. En 1955, guidés par leur charisme, ils font de cette maison un lieu d’accueil pour les plus pauvres. En 1992, ils lèguent leur maison au diocèse de Fréjus-Toulon. En 1996, l’association Méditerranée Larges Horizons (MLH) prend la suite de l’association Pavillon Notre-Dame. Elle est fondée dans le cadre de l’UDV et avec l’aide du Secours Catholique, pour prendre en charge la gestion et l’animation de la Maison, tout en perpétuant une vocation d’hospitalité envers les familles et groupes de passage.

Axe 2 : l’accueil des apprentis

Deuxième particularité du lieu : l’accueil d’une dizaine élèves apprentis au Centre de Formation et d’Apprentissage (CFA) du Beausset. Ils sont logés en semaine du dimanche soir au vendredi et cela concerne environ 30% des nuitées de la maison.

Axe 3 : le développement local

Le lieu se veut ouvert aux réalités locales et cherche à développer des liens avec les acteurs environnants, dans une optique de développement social local. « Nous souhaitons encourager l’entraide associative et favoriser l’essor de la convivialité », plaide encore Rémy. Ceci se traduit par exemple en accueillant une association des environs qui désire un lieu où organiser son Assemblée Générale. Ainsi, nombreuses sont les associations locales qui fréquentent la Maison des Frères, et œuvrent dans divers domaines : apprentissage de l’espéranto, regroupement des crèches venant organiser sa kermesse annuelle, diverses chorales etc.

La Maison dispose d'un bel oratoire en pierre de taille, propice au recueillement

La Maison dispose d’un bel oratoire en pierre de taille, propice au recueillement

Axe 4 : un volet ecclésial

Le lieu qui est propriété du diocèse se veut être aussi une réalité de l’église locale. Les aumôneries et divers mouvements religieux peuvent y venir pour vivre un temps spirituel, une retraite… Par exemple, les groupes Alpha viennent y passer des WE. La Fraternité Saint-Laurent y organise ses « dimanches fraternels », etc. Dans cet esprit, la maison dispose d’un magnifique oratoire en pierre de taille, propice au recueillement et à la prière.

Les vacances, un droit à conquérir

Aujourd’hui, 11 millions de personnes ne partent pas en vacances durant deux années consécutives. Parmi elles, environ quatre à cinq millions aimeraient partir mais leur situation sociale et économique ne le permet pas. Le droit aux vacances, inscrit dans la loi de 1998 contre les exclusions, est le produit de cette réflexion. L’accompagnement social permet de lever les freins vis-à-vis du départ en vacances. Le tourisme social a vécu sur le mythe des congés payés. En réalité peu de gens sont partis en vacances en 1936 et les années suivantes à cause de la guerre, les vacances de masse ont réellement commencé à partir des années 50. Cependant le droit aux vacances reste lié à l’idée d’une conquête des travailleurs. Ainsi aujourd’hui, des millions de personnes qui ne travaillent pas estiment qu’elles n’ont pas le droit de partir. Pourtant grâce à la loi contre les exclusions de 1998, les vacances sont inscrites dans le droit français comme un droit du citoyen.

Source : article paru dans Lien Social.

Plus d’infos : http://www.lien-social.com/les-vacances-un-droit-a-conquerir

Axe 5 : le tourisme solidaire

« Last but not least » diraient nos amis anglophones, la maison a une vocation d’accueil des familles dans le cadre du tourisme solidaire. « C’est notre mission première et c’est un peu l’ADN de cette maison, sa raison d’être », explique Rémy avec conviction. Le tourisme solidaire est un concept relevant de la lutte contre l’exclusion. Il vise à permettre à toute famille de pouvoir passer des vacances financièrement accessibles avec ses proches.

« Le droit aux vacances est garanti par l’article 24 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui stipule que toute personne a droit au repos et aux loisirs», nous apprend Rémy. Puis il ajoute : « c’est un droit qui ne doit pas être mis de côté ! ».

Les familles viennent en vacances dans le cadre du tourisme social et solidaire. Sur place, l’équipe de la maison leur propose des activités communes. Ainsi, une commission animation composée d’une douzaine de bénévoles, des habitants des environs pour la plupart, met en place les activités. Parmi celles-ci : lectures de contes, visite historique du Beausset, aquarelles… Un partenariat est établi avec l’association Culture du Cœur pour les sorties.

Les publics concernés par le tourisme solidaire sont : les familles qui sont adressées par les différentes Caisses d’allocations familiales (CAF) de France et des groupes. Ainsi, des personnes atteintes de déficience mentale viennent dans le cadre des « vacances adaptées ». Rémy nous explique que la résidence travaille de plus en plus avec des partenaires, tel que Vacances et Familles, qui envoient des groupes pour des séjours.

L’enthousiasme des vacanciers

Les témoignages des résidents qui viennent pour des séjours dans le cadre des vacances solidaires sont enthousiastes. En voici quelques-uns laissés sur le Livre d’or de la Maison :

  • « Merci pour ce lieu, pour l’accueil, que le Seigneur vous bénisse. » Sophie
  • « Beau séjour dans la joie, l’amour. Nous reviendrons. La maison est accueillante et chaleureuse. » Christiane
  • « Que de bénédictions reçues… le lieu est un havre de paix… confort dans la simplicité. Merci à tous les engagés de l’association qui ont à cœur de bien accueillir et qui mettent tout en œuvre dans la maison. La Maison où l’on se sent bien ! » Monique

Comme nous l’explique Martine Dété, salariée de la Maison, « beaucoup de vacanciers reviennent d’une année sur l’autre, comme les groupes Espaces Mont d’Or, proposant des vacances adaptés pour personnes avec des déficiences mentales. Eux reviennent tous les ans ! Des familles aussi reviennent seules après être venues en groupe. » Et elle ajoute « tous apprécient l’ambiance, le respect que chacun à de l’autre malgré les différences sociales ou culturelles. »

Les chambres de la Maison sont toutes meublées et équipées

Les chambres de la Maison sont toutes meublées et équipées

Le « taux de remplissage » de la Maison pour cet été 2016 est conséquent, que ce soit au niveau des groupes ou des familles. Parmi les groupes, seront présentes les associations telles que Loisirs séjours Côte d’Azur  et Espaces Mont d’Or, proposant toutes 2 des séjours adaptés pour personnes avec déficience mentale. Les familles aussi seront nombreuses à séjourner dans la Maison, notamment celles venant avec des bons « Vacaf » (aide aux vacances des Caisses d’Allocations Familiales), souvent issues de la région parisienne. Les associations Vacances et Familles et Souffle de vie adresseront aussi des familles. Enfin, le Centre Argence de Toulon, basé dans les quartiers populaires, viendra aussi séjourner avec des familles, souvent des mamans accompagnées de leurs enfants.

Les difficultés dues à la crise économique

« Les familles qui rencontrent des difficultés financières font souvent le choix de sacrifier d’abord leur budget vacance » déplore Rémy. Ainsi, en raison du contexte, le droit fondamental aux vacances est de plus en plus difficile à faire appliquer, et ce malgré les aides de l’Etat en faveur du tourisme solidaire. « On constate une baisse régulière de fréquentation dans le cadre du tourisme solidaire. D’où notre souci constant de trouver de nouveaux partenaires », commente Rémy.

L’importance des partenariats

MLH a su s’entourer de nombreux partenaires car « ensemble on va plus loin ». L’association membre de l’Union Diaconale du Var (UDV), fait partie du réseau Tourisme Solidaire et de l’UNAT (Union Nationale des Associations de Tourisme), et aussi de la Fédération Vacances et Familles. Elle collabore régulièrement avec la branche « enfance et famille » du Secours Catholique, le diocèse Fréjus-Toulon et la pastorale du tourisme à la Conférence des Evêques de France (CEF).

La Maison des Frères est ceinte d'un vaste parc arboré

La Maison des Frères est ceinte d’un vaste parc arboré

Les défis de demain

Parmi les nombreux défis à relever dans les années qui viennent, celui de l’ancrage territorial. « La maison héberge l’association Solidarités Sud Sainte-Baume (SSSB), récemment créée, qui est le pôle territorial de l’UDV sur le territoire », analyse Rémy. « Et c’est une force d’attraction pour les nouveaux projets qui émergent dans les environs ». Le pôle a vocation à catalyser les dynamiques associatives présentes ou émergentes sur le territoire, et elles sont nombreuses, selon Rémy.

« Le territoire dépasse le cadre de la Maison des Frères et il nous invite à innover », reconnait Rémy.

Et comme tous les dispositifs sociaux les plus efficaces soient-ils ne remplaceront jamais l’apport essentiel des relations humaines, l’association s’apprête à accueillir un couple de « voisins solidaires ». Laure et Benoit d’Ussel, accompagné de leur petite Elise, vont rejoindre la maison pour y habiter de façon permanente. Leur présence aux côtés des familles résidentes permettra l’échange dans un réel souci de mixité sociale. Ils ont de l’expérience puisqu’ils viennent de terminer une expérience comme voisins solidaires à la Résidence Les Favières, qui accueille des sans-abri. Et la boucle est bouclée puisque qu’un autre ex-résident des Favières, Silvio, est aussi présent à MLH en tant qu’agent d’entretien.

Sympathique clin d’œil qui nous révèle en ces temps troubles qu’au-delà de nos différences le vivre-ensemble semble possible…

 

Contact : 

Méditerranée Larges Horizons, Maison des Frères, rue Alphonse Daudet, 83330 Le Beausset

Tel: 04 94 98 72 72, Mail :[email protected], Site : www.maisondesfreres.fr

 

Par Christophe PAREL, responsable communication de l’UDV


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Suivons l'étoile !

    L'étoile de Noël, qui a guidé au cours de l'histoire tant d'hommes et de femmes sur les chemins du partage, de l'amour des plus pauvres, de l'hospitalité et de la réconciliation, continue de scintiller dans le cœur de tous ceux qui recherchent la paix.
    Cette étoile nous met en route comme des pèlerins de fraternité invités à faire de Noël une fête permanente dans tous les lieux que nous fréquentons, et les rencontres qui nous sont données de vivre...

  • Brèves

  • Articles récents