Militants de l’espérance

Il y a sûrement mille manières de parler de la coupe du monde de football mais elle restera pour moi un exemple intéressant d’une belle aventure humaine : c’est une aventure assez longue, une route difficile que l’on découvre match après match et dont on ne connaît pas l’issue, même si on en espère une, bien sûr, le succès. Mais il demeure un espoir et jusqu’à la dernière seconde, il est toujours incertain.

L’espérance est différente car elle est basée sur une assurance que le but sera atteint ; elle est liée à un sens de l’histoire qui avance de façon continue et nous rappelle que nous sommes des voyageurs. En route et,  pour les Chrétiens, une route balisée par foi et charité vers un salut promis.

L’été qui avance chaudement est l’occasion, de ballades en randonnées, terrestres ou maritimes, de nous rappeler que nous pourrions être  des militants de l’espérance, de ceux qui acceptent de continuer à s’émerveiller, à trébucher peut-être mais repartir, à changer de cap s’il le faut, mais toujours en regardant loin.

C’était un peu le but du colloque sur l’écologie intégrale organisé par l’UDV en juin dernier, nous invitant tous à prendre la route, rester sobre et cohérent. Vous en trouverez un long compte-rendu dans ce numéro. C’est cette même idée qui a conduit aux changements dans l’organisation du réseau de notre Union auxquels chacune de nos associations a travaillé avec une belle espérance.

Souhaitons à tous ceux qui se retrouvent dans nos associations, qu’ils accueillent ou soient accueillis, de passer ainsi de l’espoir à l’espérance, de l’incertitude à l’assurance, du chantier à l’insertion, comme on s’y emploie à Logivar, vous le découvrirez  ci-après.

Belle route estivale à tous nos militants de l’espérance !

Thierry O’Neill, président de l’UDV


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Ressourcements

    Une vieille histoire raconte qu’un jeune moine au bord du burn out s’en alla voir un ancien pour l’interroger : « Comment se fait-il, mon père, que lorsque j’ai fait mon devoir dans les taches qui me sont confiées, l’accueil des hôtes et le service des autres frères, je me sente épuisé ; C’est comme si j’étais vidé ! »...

  • Brèves

  • Articles récents