La maison UDV

Il était courant autrefois de baptiser « maison » les entreprises, souvent familiales, qui pratiquaient l’artisanat, l’industrie ou le commerce. Ce beau terme comprenait tout à la fois la structure, la raison sociale, les actifs immobiliers mais aussi et surtout l’ensemble du personnel de la société. Elle apparaissait ainsi comme une grande famille soudée autour d’un projet commun.

De la même manière, nous pourrions parler de « la maison UDV » : elle serait construite autour de sa raison d’être,  l’option préférentielle pour les plus démunis,  pour et avec eux bâtir un monde plus fraternel.

La maison UDV comprend de nombreuses demeures, une quarantaine réparties sur tous nos territoires et nous en découvrons trois dans ce numéro de IOTA du mois de mai : la Maison des frères qui va s’agrandir pour mieux recevoir, la Maison Phanuel en images et Promo soins à Draguignan qui fête ses 20 ans.

Nos demeures  sont habitées, bien sûr,  mais en tout premier lieu je l’espère par l’esprit de famille qui les anime. S’il venait à s’étioler, c’est le corps tout entier qui s’affadirait.

Celles et ceux qui  veulent nous rejoindre pour accueillir nos amis savent qu’au-delà de leurs compétences techniques, nous avons besoin de leur cœur ouvert et de leur envie de rejoindre cette famille. Il y a place pour tout le monde dans la maison UDV, elle accueille les uns avec les richesses des autres et peut-être bien qu’un jour on ne saura plus qui est  l’un, qui est l’autre…

Rejoignez-nous, car comme il est écrit dans l’Évangile, « il y a beaucoup de demeures dans la maison du Père ».

Par Thierry O’Neill, président de l’UDV.


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    La coopération participative

    On raconte qu'au Moyen Age il existait des « moines pontifes » : on appelait ainsi cette catégorie de religieux parce qu’ils fabriquaient des ponts. En effet, à cette époque, pour passer d'une Seigneurie à une autre, il fallait passer par des ponts avec des péages payants et les pauvres n'avaient de ce fait pas les moyens de bouger. Ils étaient comme « assignés à résidence »...

  • Brèves

  • Articles récents