JOURNÉE MONDIALE : STOP A LA MISÈRE !

no image

0

Samedi 17 octobre prochain, comme chaque année depuis 1987, sera la Journée Mondiale du Refus de la Misère. A Toulon, le Comité du 17 octobre* et d’autres associations de solidarité (Archaos, Sans toit et si c’était toi ?, Le Lien 83**), s’unissent pour dire :

STOP A LA MISÈRE ! Et vous, serez-vous avec nous ?

affiche 17 octobre 2015

2 temps forts vous sont proposés :

*11h-13h : Paroles de Sans-Voix, devant la Faculté de droit (57 avenue Alphonse Daudet, Toulon). Prises de parole, témoignages, lectures de textes, poésie, chansons, spectacles, dans une ambiance fraternelle. Puis repas partagé pour apprendre à se connaître et échanger les uns avec les autres (pensez à amener qqch).

*19h-23h : Concerts solidaires, sur le parvis de l’église Saint-Louis (rue Louis Jourdan, Toulon).  Gratuit et ouvert à tous : familles et enfants sont bienvenus ! 2 formations musicales originales : LES SANS VOIX, avec Piero Sapu des Garçons Bouchers, qui chante les mots des exclus sur des rythmes rock ! Et ARCHAOTIC, né au sein de l’accueil de jour pour sans-abris, Archaos. Bonne ambiance garantie ! (prévoir des protections auditives, type boules quies, pour les + jeunes).

Rejoignez-nous, on compte sur vous !

Infos :

Rassemblement : Armelle Chrétien, [email protected]

Concerts : Wilfried Hess, 06.89.63.97.72

Relations presse : Christophe Parel, [email protected] , 06.81.31.88.67

Groupe Sans Voix : http://www.sansvoix.fr/

*Collectif d’associations : Union Diaconale du Var, Secours Catholique, petits frères des Pauvres, Kaïré, Amnesty International, La Ligue des Droits de l’Homme, Le Nid, Familles Amitié Cité, ATD Quart-Monde.

**L’événement est soutenu par la ville de Toulon, Toulon Provence Méditerranée et la paroisse de la Cathédrale.


About the Author



Comments are closed.

Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    La coopération participative

    On raconte qu'au Moyen Age il existait des « moines pontifes » : on appelait ainsi cette catégorie de religieux parce qu’ils fabriquaient des ponts. En effet, à cette époque, pour passer d'une Seigneurie à une autre, il fallait passer par des ponts avec des péages payants et les pauvres n'avaient de ce fait pas les moyens de bouger. Ils étaient comme « assignés à résidence »...

  • Brèves

  • Articles récents