Marseille : Intervention à domicile : nouveaux enjeux, nouvelles coopérations, nouvelles pratiques

no image

0

L’Uriopss et le Pôle Services à  la Personne (PSP), dans le cadre de leur partenariat visant à  promouvoir l’accompagnement à  domicile et l’innovation, organisent une journée régionale le Jeudi 26 mars 2015 (9 h à 16 h 30) à l’école de management (Montée de l’Université/ Rue Joseph Biaggi, 13003 Marseille).

Destinée aux professionnels de l’accompagnement et du soin dans le champ de l’autonomie, elle a pour objectif de mettre à  jour notre connaissance sur l’actualité réglementaire (projet de loi adaptation de la société au vieillissement, projet de loi Santé, Loi ESS, future réforme territoriale) mises en perspective par des expérimentations conduites sur le territoire national. La matinée est organisée en tables rondes :

  • Table ronde 1
    Evolution des politiques publiques : quel avenir pour l’aide à  domicile ?
  • Table ronde 2
    Vers de nouvelles pratiques dans le secteur de l’aide à  domicile : tarification, contractualisation, CPOM

L’après-midi, 4 ateliers sont proposés :

  • Atelier 1 – Un modèle et un outil de coordination de l’aide et du soin : les SPASAD
  • Atelier 2 – Nouvelles formes d’habitat collectif et mutualisation des plans d’aide : des dispositifs aux expérimentations
  • Atelier 3 – La coordination territoriale de proximité pour des personnes âgées en risque de perte d’autonomie et la prévention des hospitalisations : expérimentations PAERPA et  autres dispositifs prévus par la loi
  • Atelier 4 – Changement de regard sur l’accompagnement : présentation de l’approche Montessori

Les inscriptions sont à  retourner à  l’Uriopss à  l’attention de Carole Byl 

04 96 11 02 20 – fax 04 96 11 02 39
[email protected]


About the Author



Comments are closed.

Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    La coopération participative

    On raconte qu'au Moyen Age il existait des « moines pontifes » : on appelait ainsi cette catégorie de religieux parce qu’ils fabriquaient des ponts. En effet, à cette époque, pour passer d'une Seigneurie à une autre, il fallait passer par des ponts avec des péages payants et les pauvres n'avaient de ce fait pas les moyens de bouger. Ils étaient comme « assignés à résidence »...

  • Brèves

  • Articles récents