Cette soirée-là !

« De tout l’Var ils s’sont mobilisés,
bénévoles, accueillis, salariés !
Une belle famille au complet ! »

Mardi 3 octobre, la journée s’achève… Sur le parking des plages du Mourillon, à Toulon, un ballet de voitures commence et l’atmosphère se fait peu à peu plus bruyante, elle bruisse de mille voix… Le chapiteau du Grand Cirque de Saint-Pétersbourg est tout illuminé pour l’occasion !

« Cette soirée-là » promet de rester dans les mémoires de tous ceux, petits et grands, jeunes et moins jeunes, qui se pressent vers l’entrée. Pour la deuxième année consécutive, le cirque Medrano a invité la « grande famille de l’UDV », offrant la totalité des places du chapiteau pour une représentation gratuite.

Depuis plusieurs jours, le service Communication du Centre départemental s’est mobilisé à fond pour lancer l’invitation et répartir les 1300 places (!) auprès de toutes les associations membres et les partenaires proches. L’expérience de l’année dernière porte ses fruits, l’enthousiasme et la rapidité des réponses en attestent !

Accueillis, bénévoles, salariés et leurs proches se retrouvent ensemble au point d’accueil et, dans un joyeux brouhaha mais sans bousculade, s’engouffrent dans ce lieu magique que constitue toujours le cirque. A l’entrée, la remise des enveloppes contenant les précieux « sésame », puis la distribution des bracelets fluo et de la feuille du chant final auront quelque chose de sportif ! Mais la patience de chacun fera des merveilles…

« Viens voir les comédiens, voir les musiciens,
voir les magiciens qui arrivent… ! »

Deux heures d’un spectacle enchanteur, des lumières, de la musique (peut-être juste un peu trop forte), des rires, des cris, des applaudissements : tous les ingrédients sont là pour réussir la soirée !

Gilles Rebêche, diacre et délégué diocésain à la solidarité, et Thierry O’Neill, Président de l’UDV, ont démarré les réjouissances, en apparaissant ensemble dans la cage aux fauves – vide de ses occupants habituels ! –  pour s’émerveiller de l’ambiance de cette foule bigarrée et joyeuse venue montrer que le mot famille n’est ni vain ni démodé !

Après l’impressionnante prestation des tigres, qui fera dire ensuite à une spectatrice enthousiaste : « j’ai eu quand même un peu peur avec les tigres, surtout que l’un d’eux paraissait avoir mauvais caractère… » , l’assistance applaudit acrobate, contorsionniste, chanteur, jongleur, danseurs, éléphants et autres quadrupèdes de tous poils et de toutes tailles, sans oublier l’inénarrable clown.

« Tous ces animaux qui entrent et qui sortent, ça m’a fait penser à l’Arche de Noé », assure Clémentine à la sortie.

Personnes sans-abri, jeunes mineurs migrants isolés, familles de réfugiés syriens et irakiens, mamans célibataires des Maisons Bethléem, familles de détenus des Amis de l’Horeb, habitants des quartiers populaires de l’Ouest toulonnais, familles Roms, salariés, bénévoles et leurs proches, donateurs…

Venus des quatre coins du département, et de toutes conditions sociales, accueillis et accueillants, tous communieront d’un même cœur le temps de cette fabuleuse « récréation ».

Et puis il y eut un grand moment de bonheur : l’entracte, prévu pour durer un quart d’heure mais qui durera deux fois plus, tant les enfants vont se presser pour faire, qui un tour de chameau, qui un tour de poney… C’est un accueilli des Amis de Jéricho, « Fifi », qui termine la série de tours, juché entre les bosses d’un imperturbable chameau, applaudi par tout le chapiteau et fier comme Artaban ! Vous pourrez lire son témoignage en fin d’article.

Il faut aussi lire et relire les témoignages des participants reçus  les jours suivants : « Certains n’étaient pas retournés au cirque depuis 20 ans… Préparation un peu difficile au début, les familles ne sortant pas souvent et ayant des appréhensions, mais nous les avons rassurés. Quelle joie de les voir rire et oublier un moment leurs soucis ! Deux heures où nos jeunes mineurs non accompagnés ont pu redevenir des enfants ! Trop bien ! Trop top ! (le pouce en l’air pour les jeunes albanais ne parlant pas français)…. Une ambiance bon enfant qui a plu à tous… Un évènement qui a fait rêver petits et grands… Instants magiques et chaleureux…
Il avait encore les yeux remplis d’étoiles pendant qu’il me racontait encore et encore
Cette soirée était magique, il n’y avait plus de distinction sociale, sous le chapiteau on était tous égaux, au même niveau, témoigne Mathys, 11 ans.
Vous pouvez conclure sur une note personnelle : 10 sur 10 ! »

Fondateur de l’UDV, Gilles Rebêche a tenu à nous adresser son témoignage : « J’avoue que je craignais un « doublon » avec la précédente soirée cirque, qui reproduise ce que nous avions déjà vécu il y a un an. Or, j’ai été agréablement surpris, non seulement parce que le spectacle était nouveau, mais aussi parce que l’assemblée était bien renouvelée : la présence massive d’enfants issus des quartiers défavorisés (via Amitiés Cité et les Apprentis d’Auteuil), d’enfants Roms avec leurs familles, ou des enfants des employées qui travaillent à Var Azur Linge m’a ravi. L’UDV est vraiment apparue comme une union au service des familles, et les personnes isolées, sans abri, s’y trouvaient à l’aise. La présence des jeunes mineurs non accompagnés, des familles syriennes et irakiennes (réfugiés Chrétiens d’Orient), ajoutaient à la magie de la soirée, dans cette ambiance joyeuse et simple. Merci pour cette mobilisation ! »

Un final en chanson

A la fin du spectacle, il fallait un final à la hauteur de l’évènement ! Une chanson, écrite pour l’occasion par Hanina Es-Salki, salariée au service formation de l’UDV, sur l’air bien connu de « Cette année-là », et que la foule restée dans les gradins a repris avec tous ceux qui étaient descendus sur la piste, rejoints par les artistes de la soirée.

Réécoutez la chanson :

Il était tard, mais peu importait : chacun est reparti avec de la lumière au fond des yeux, comme une petite luciole un soir d’été…

« Ensemble, bâtir un monde plus fraternel pour demain, lutter contre les exclusions main dans la main »

« Ce qui est rare, c’est qu’un chapiteau de plus de 1000 places soit rempli par une seule et même famille, que tout le monde parle à tout le monde et se sente lié par la fraternité, l’émerveillement et les rires. »

Une phrase, écrite par Michaël Isaac, séminariste à Perpignan en stage dans la Diaconie du Var, qui conclue plus loin : « On a pu sentir naître une espérance, celle de revivre, malgré nos diversités, cette communion fraternelle dans notre quotidien associatif, un nouveau défi pour rendre notre ordinaire aussi extraordinaire que le fut cette belle soirée ! »

Les membres du cirque Medrano eux-mêmes l’ont reconnu : « L’UDV est le seul réseau associatif qui a rempli le chapiteau à ce point ! »

Vous souvenez-vous de cette comptine de l’école maternelle ?

« Quand le spectacle est fini, on dit MERCI !
Avant que le cirque soit parti, on dit MERCI !
Pour les rires et pour les peurs, Pour ces heures de bonheur, on dit MERCI ! MERCI ! »

Par Aline Racheboeuf, auteure bénévole à IOTA.

Fifi : « L’univers magique du cirque »

Nous avons demandé à Fifi, accueilli aux Amis de Jéricho, de nous raconter sa soirée au cirque. Voici son témoignage :

« Un moment inoubliable, cela m’a rappelé cet univers nourri d’éclats de rire, de joie, où le temps s’est arrêté pour un soir. Spectacle merveilleux !  Adulte, j’ai retrouvé cette âme d’enfant qui, bien des fois, sommeille en nous, et qui demande de temps en temps de se réveiller tel un feu d’artifice.

Bravo le clown !  Quel courage les funambules, avec leurs gestes en harmonie, leur souplesse ! Mes yeux étaient aussi brillants que le phare d’Alexandrie ! Je n’oublie aussi pas les tigres : j’aurais bien voulu en caresser un. Hélas, ce ne sont pas des petits chatons ! En me voyant, ils auraient certainement pu me confondre avec un steak. Il vaut mieux les regarder de loin…

Le ballet du lama, les zèbres avec leurs pyjamas rayés, les petits poneys, les ânes nous offraient un petit tour de manège et semblaient nous remercier d’être présents. De magnifiques pachydermes domptés par une magnifique et charmante dame, dociles et connaissant bien leur maître.

Je me suis fait un copain : une bonne expérience que de monter sur un chameau ; J’ai bien aimé ; Un court instant je me suis pris pour Lawrence d’Arabie !

Le bouquet final : les amis de l’UDV  interprétant la chanson « Cette année-là », devenue « Cette soirée-là », avec de nouvelles paroles. J’ai beaucoup aimé ! Bravo les artistes ! Merci aux dirigeants de nous avoir invités,  ce fut un moment merveilleux que je n’oublierai pas de sitôt.

A la prochaine ! Bien à vous !

Fifi, membre de l’atelier d’écriture des Amis de Jéricho

 

1300 participants et 30 associations

La soirée au cirque a réuni environ 1300 personnes. Le chapiteau était plein « comme un œuf ! » Les participants sont venus à l’invitation de l’UDV, relayée par plus d’une trentaine de structures.

Parmi elles, de nombreuses associations membres de l’UDV : Amis de Jéricho, CAAA, Logivar Saint-Louis, Kaïré, Amitiés Cité, Promo Soins Toulon, Isa, MLH, Sat, Epi, Les Amis de l’Horeb, Maisons Bethléem, Garrigues, Epafa, Patronage Saint Joseph, Maison de Georges, Centre départemental…

Mais aussi des structures amies et partenaires : réseau Welcome, Fraternités Franciscaines, Sœurs du Bon Pasteur, Fraternité Saint Laurent, Apprentis d’Auteuil, Société Saint Vincent de Paul, Var Azur Linge, Femmes dans la Cité, Archaos, Evêché, RCF Méditerranée, Exil & Humanisme…

Ainsi que les donateurs de la Fondation UDV.

 


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Militants de l'espérance

    Il y a sûrement mille manières de parler de la coupe du monde de football mais elle restera pour moi un exemple intéressant d’une belle aventure humaine : c’est une aventure assez longue, une route difficile que l’on découvre match après match et dont on ne connaît pas l’issue, même si on en espère une, bien sûr, le succès. ....

  • Brèves

  • Articles récents