Cap vers de nouveaux horizons pour Logivar Estérel-UDV !

Hébergement et logement Nouveau nom, nouveau logo pour Logivar Estérel-UDV

Nouveau nom, nouveau logo pour Logivar Estérel-UDV

0

Début janvier 2019, une nouvelle association est née à l’Est du département du Var : Logivar Est, rebaptisée tout récemment Logivar Estérel-UDV. Elle prend le relais d’une association bien connue des Fréjussiens qui s’appelait Solidarités Est Var, plus communément surnommée « SEV ».

Notre journal IOTA a rencontré Alexis Bouthéon, son directeur, ainsi que Danielle Dargon, sa présidente, pour que tous deux puissent nous parler des activités menées par cette association.

Bonjour Alexis, peux-tu nous expliquer quelles sont les fonctions que tu occupes au sein de l’association, depuis quand, et ce qui t’a conduit ici ?

Je suis arrivé dans le Var il y a 1 an et demi et j’occupe depuis les fonctions de directeur de l’association. Je suis également référent territorial « Var Estérel » au niveau de l’Union Diaconale du Var.

Ancien officier supérieur, j’ai travaillé 15 ans dans l’armée de terre, après une formation à l’Ecole de Saint-Cyr Coëtquidan.  J’ai donc passé des années exceptionnelles en France comme sur les théâtres d’opérations extérieures

L’armée est avant tout une aventure humaine, et l’officier que j’étais avait pour mission  prioritaire de faire grandir intégralement les hommes que j’avais l’honneur de commander.

La solidarité est au cœur de l’engagement militaire.

Ensuite, j’ai dirigé pendant 3 ans un programme éducatif à Madagascar, le pays le plus pauvre de la planète. Aux côtés de 150 salariés, notre mission était d’accompagner sur le temps long, de la 6ème à l’insertion professionnelle, 1200 enfants originaires de la brousse ainsi que les parents, les collèges et lycées partenaires.

Ce fut une expérience très forte qui a conforté notre volonté familiale de servir les plus faibles. Nous avons tellement appris en vivant avec nos frères Malgaches : le pouvoir de la joie et de l’humilité, deux vertus qui faiblissent tellement en Occident.

« Les pauvres sauveront le monde » disait Bernanos.

J’ai effectué cette mission au sein de l’ONG malgache PROMES et en partenariat avec l’IECD (Institut Européen de Coopération et Développement).

De retour en France avec mon épouse Marie (directrice de l’association Epafa également située à Fréjus) et nos 3 garçons aujourd’hui âgés de 5, 7 et 11 ans, nous nous sommes naturellement tournés vers le secteur social.

Cet engagement prend naturellement racine dans notre foi.

Enfin, je suis un grand fan de rugby : j’ai notamment été vice-champion de France militaire de rugby à 7. Je crois fermement aux  valeurs qui caractérisent ce sport : la solidarité, l’humilité et la combativité. C’est une école de vie humaine assez incroyable.

Peux-tu nous expliquer quelles sont les missions effectuées par l’association ?

Logivar Estérel mène 3 missions majeures au service de près de 1000 accueillis chaque année :

Premièrement, une mission via le pôle social, consistant à domicilier des personnes isolées sans domicile stable, et à accompagner des personnes seules qui perçoivent le RSA. L’accompagnement et l’accueil se font ici, dans les anciens locaux de la maison paroissiale appelée désormais Maison Magdala, 46 rue Sigaudy à Fréjus et aussi sur le golf de St Tropez.

Deuxièmement, une mission via le pôle logement, consistant à accompagner les personnes pour qu’elles puissent s’insérer grâce au logement.

Nous œuvrons grâce à 4 dispositifs :

  • Intermédiation locative (IML) : gestion du logement et accompagnement de la personne. Ceci concerne 30 logements situés sur le territoire de la Cavem (Communauté d’agglomération Var Estérel Méditerranée) et au Luc. Il s’agit pour les accueillis de la dernière marche avant le logement autonome. Nous comptons plus de 90% de sorties positives !
  • Accompagnement social global vers et dans le logement (AVDL).
  • Accompagnement social lié au logement (ASLL).
  • Hébergement et accompagnement de 14 familles demandeuses d’asile très vulnérables (HUDA).

Troisièmement, une mission de « pépinière d’innovation sociale » consistant à imaginer, bâtir et développer des projets sociaux innovants. Parmi ceux-ci, je peux citer la 1ère course éco-solidaire qui aura lieu à Saint-Raphaël le samedi 4 mai (voir encadré en fin d’article), le projet « Vacances en famille » au cours duquel des familles échangent leur logement social pendant une durée déterminée via un partenariat avec la ville de Marseille, un pôle pour des jeunes en service civique, une réflexion afin de lancer une pension de famille, le réaménagement de notre siège de la rue Sigaudy en Maison Magdala pour en faire un lieu de rencontre quotidien encore plus accueillant etc.

Enfin, nous envisageons de développer les actions menées dans le cadre de l’Hébergement d’Urgence des Demandeurs d’Asiles (HUDA) et de l’intermédiation locative (IML). De même, nous réfléchissons à développer certaines de nos actions sur le territoire du Pays de Fayence.

Peux-tu préciser quelles sont les spécificités de votre territoire d’intervention et également des personnes que vous accueillez ?

Le territoire fréjussien et plus globalement celui du Var Estérel est très hétérogène : on y constate de grands écarts entre les différents types de population, des très riches et des très pauvres…

De plus, on constate souvent une méconnaissance de l’existence de publics vulnérables sur ce territoire assez privilégié. Il y a donc pour nous autres, acteurs associatifs de terrain, un gros travail de sensibilisation et de pédagogie à réaliser.

Nous devons œuvrer sans relâche pour combler le fossé entre les personnes que nous accompagnons et qui ont connu des accidents de la vie, et celles qui semblent avoir tout réussi et qui se croient à l’abri de la chute.

Notre public est composé de sans-abri hommes et femmes, de femmes victimes de violences conjugales, de familles exilées, et aussi de plus en plus de retraités seuls ou en couples…

Au quotidien, nous mettons en place un accompagnement global visant à détecter puis lever tous les freins à l’insertion (emploi, santé, logement, spirituel…), et également personnalisé (connaitre personnellement les personnes accueillies, leurs forces, leurs faiblesses…), pour les accompagner à partir de ce qu’elles sont.

Quels sont les moyens dont vous disposez pour mener à bien ces actions ?

Nous nous appuyons sur 16 salariés, environ 20 bénévoles et ce chiffre est amené à croître, nous comptons environ 1000 personnes accueillies chaque année, soit environ 10.000 passages par an, notre budget de fonctionnement est d’environ 900.000€/an.

Je tiens d’ailleurs à rendre un hommage appuyé à l’ensemble de l’équipe des salariés pour son professionnalisme dans cette période sensible de conduite du changement.

Leur travail au quotidien leur demande un investissement intense qui est vraiment remarquable.

En début d’année, SEV s’est transformée en Logivar Estérel-UDV : peux-tu nous expliquer les raisons de cette évolution ?  

Solidarités Est Var (SEV) était une « association d’associations ». Nous avons donc opéré un virage pour qu’elle devienne une association à part entière.

Logivar Estérel s’inscrit dans cette lignée, avec une fidélité aux actions qui étaient conduites (nous conservons les mêmes dispositifs), mais avec l’ambition de retrouver une âme associative.

Nous souhaitons promouvoir la convivialité, la joie, l’engagement des bénévoles.

Logivar Estérel n’est donc pas seulement un gestionnaire de dispositifs d’accompagnement social. Le cœur de sa mission est bien de permettre aux plus vulnérables de redevenir des acteurs responsables et libres dans notre société grâce à notre approche globale, à la complémentarité salariés/bénévoles, et par la diffusion d’une joie authentique

Nous continuons d’œuvrer de concert avec nos différents partenaires : Cavem, mairies, CCAS, Conseil départemental, Diocèse… ainsi qu’avec nos financeurs : la DDCS et le Conseil départemental.

Nous avons la volonté de développer davantage les partenariats et de nous décloisonner, d’encourager les relations naturelles avec Promo Soins Maures-Estérel, Epafa…

L’association s’est dotée d’un projet associatif renouvelé : quelles en sont les grandes lignes ?

Notre projet associatif  témoigne de  notre mission d’être un vecteur de sociabilité profonde et authentique en promouvant les rencontres, la joie, les moments conviviaux et festifs… tout en assurant un accompagnement social professionnel avec notre équipe de travailleurs sociaux.

Notre Maison Magdala doit être un lieu de vie, de rencontres et de joie !

De nouveaux administrateurs sont entrés au Conseil d’Administration (CA) : il y avait besoin de renouvellement ?

Nous sommes dans une conduite du changement, nous amorçons un virage, avec un projet associatif renouvelé, une nouvelle équipe au CA composée de 16 administrateurs dont 8 nouveaux. Des réflexions de fond sont menées, la porte est ouverte à l’innovation sociale et à la nouveauté.

Y-a-t-il d’autres points que tu souhaites aborder ?

Nous souhaitons mutualiser les cellules grises et favoriser les rencontres entre les porteurs de projet. Cela va dans le sens de développer l’innovation sociale pour répondre pragmatiquement aux besoins sociaux.

C’est aussi le sens de notre rapprochement toujours plus poussé avec l’UDV qui, depuis plus de 35 ans, a fait ses preuves en matière de légitimité, d’identité et d’action sociale de l’Eglise.

Danielle, en tant que présidente, peux-tu nous dire quelle est ta vision de l’avenir ?

Je dois commencer par dire que je vois l’avenir d’une façon positive après un moment de grande crise : on pourrait dire que je suis une présidente optimiste et confiante !

L’arrivée d’Alexis a permis à notre association de créer une nouvelle dynamique, de prendre un nouvel élan car il a une vision pour  l’association, et ce dans plusieurs directions.

Il a impulsé un souffle nouveau qui permet à l’association de rebondir : elle en avait besoin !

En donnant ainsi une image positive des associations du réseau, cela ne peut qu’attirer des nouveaux bénévoles vers nous.

Notre nouveau logo nous permettra d’être plus visible et lisible, et ceci pour attirer vers nous des bonnes volontés, et être également vu et bien vu des financeurs.

Depuis qu’Alexis a pris les rênes de l’association, les choses avancent. Il amène de la vie et fait en sorte que les personnes accueillies se sentent ici chez elles car il y a plus de convivialité, d’écoute et d’humanité !

De plus l’UDV est là en appui, le secrétariat général et ses administrateurs nous aident et nous épaulent.

Je suis donc une présidente sereine, je vois l’avenir de façon positive après avoir été dans le creux de la vague. C’est également le cas pour Promo Soins Maures Estérel, l’autre association que je préside et qui vient d’officialiser son nouveau nom.

Anciennement appelée Promo Soins Fréjus Saint-Raphaël, l’associations cherche aujourd’hui à se développer dans le golf de Saint-Tropez, et pourquoi pas dans le Haut-Var ou le Pays de Fayence également.

Et puis malgré les difficultés du quotidien et les vicissitudes de la vie associative, nous ne nous battons pas pour rien :

il ne faut jamais oublier que nous sommes là pour celles et ceux qui en ont besoin, nous ne sommes pas là uniquement pour nous-mêmes !

Propos recueillis par Christophe Parel, responsable communication de l’UDV

Le 4 mai, 1ère course éco solidaire

Samedi 4 mai 2019, la 1ère course éco-solidaire est organisée par Logivar Estérel-UDV  et le club d’athlétisme de Saint Raphaël, en lien avec le CREPS (Centre de ressources, d’expertise et de performance sportive) de Boulouris.

L’objectif est d’utiliser la passion du sport pour sensibiliser le public sur la cause sociale et la protection de la nature. Le sport est un puissant vecteur pour vivre l’entraide, la solidarité et le goût de l’effort.

L’enjeu est de célébrer le sport comme vecteur social : de nombreuses familles sont invitées, avec un objectif de brassage social.

De même, différents corps de la société sont impliqués dans l’événement : les écoles, l’armée, les entreprises et associations locales… l’enjeu est de créer du lien social entre tous !

Environ 20 partenaires se fédèrent autour de l’événement et du noyau central composé de Logivar Estérel et du Club d’athlétisme de Saint-Raphaël.

500 participants maximum sont attendus.

Lien vers la page Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/courseecosolidaire/

Lien vers le formulaire d’inscription en ligne : https://sportips.fr/CREPS19/

Pour contacter l’association, devenir bénévole ou faire un don :

Logivar Estérel-UDV
46, rue Sigaudy
83600 FREJUS
04 94 51 69 90
[email protected]

 


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Que de bruits...

    Que de bruits ces temps-ci dans la presse qui annonce jour après jour le feu, la destruction ou la mort ! La Pâque est rude. Mes amis, il est vrai et c’est bien heureux, qu’elle poursuit souvent en proposant l’espérance avec Résurrection, réparation ou reconstruction....

  • Brèves

  • Articles récents