A Fréjus Saint-Raphaël, Promo Soins accompagne et soigne les plus démunis

Promo Soins Fréjus Saint-Raphaël a été créé en 1999. Ainsi, depuis près de 20 ans, cette association membre de l’Union Diaconale du Var (UDV) œuvre pour accueillir, accompagner et soigner les plus démunis, ainsi que pour favoriser leur intégration dans un parcours de soin et l’accès aux droits sociaux. 

L’association est une des 4 structures Promo Soins du réseau de l’UDV : en plus de Fréjus Saint-Raphaël, Promo Soins est présent à Toulon, Brignoles et Draguignan. Promo Soins Toulon a fêté ses 25 ans, Promo Soins Draguignan ses 20 ans, et Promo Soins Fréjus Saint-Raphaël fêtera ses 20 ans l’année prochaine.

Comme le rappelle Raymonde Hugonnier, ancienne présidente de Promo Soins Toulon :

« Le dénominateur commun des Promo Soins est la foi en l’homme. L’homme dans sa dignité, l’homme dans sa grandeur, mais plus particulièrement l’homme bafoué, déboussolé, cassé, malade ».

Assistante sociale à Promo Soins Fréjus Saint-Raphaël, Danielle Delobel explique : « Nous travaillons beaucoup avec les Amis de Paola, association voisine qui accueille les sans-abris au sein d’un accueil de jour et d’un CHRS (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale), et c’est surtout par eux que les personnes nous arrivent ».

Ce travail partenarial en maillage, en réseau, est indispensable pour assurer un bon suivi des personnes accueillies : il s’agit de tout mettre en œuvre pour que les plus fragiles ne se retrouvent pas seuls face à leurs propres difficultés.

Seule une main tendue (et un sourire !) peuvent les aider à cheminer vers une guérison, un parcours de réinsertion, bref peut contribuer à faire en sorte qu’ils se relèvent et se remettent debout.

Promo Soins Fréjus Saint-Raphaël propose des consultations médicales, dentaires, psychologiques et de prévention, et gère aussi un Appartement de Coordination Thérapeutique (ACT) de 5 lits pour des accueillis dont l’état général nécessite un accompagnement coordonné sur le plan social, médical et psychologique.

Après une période d’essai de 2 semaines, le séjour peut se prolonger jusqu’à 6 semaines, et être renouvelé si nécessaire.

L’association a récemment organisé son assemblée générale et publié son rapport d’activités 2017 : l’occasion pour la rédaction de IOTA de faire un tour d’horizon des multiples actions mises en œuvre par cette structure.

Action santé précarité

Action curative et sociale                                                       

L’association propose 2  vacations médicales par semaine. En 2017, 252 consultations ont été réalisées pour 154 patients. Constitué à 78% d’hommes, 20% de femmes et 2% d’enfants, le public est de plus en plus jeune et il a augmenté en nombre de près de 30% par rapport à 2016.

Les pathologies les plus fréquentes sont d’ordre digestive et rhumatologique, puis dermatologique. Parmi les patients on relève : 29% de français, 23% d’européens et 48% d’autres nationalités.

4 vacations dentaires par mois sont également proposées : 244 consultations ont été réalisées en 2017 auprès de 68 patients.

Le nombre cumulé de consultations médicales et dentaires est de 496 pour 222 patients différents. Sur les 2 types de consultations, la part du public féminin augmente.

Présente lors de la majorité des vacations médicales et dentaires, l’assistante sociale employée par l’association a réalisé 390 entretiens auprès de 353 personnes différentes l’année dernière. Après avoir mené ces entretiens, elle a ensuite instruit des demandes de CMU/CMUC (Couverture Maladie Universelle), d’AME (Aide Médicale d’Etat) et d’aide à la complémentaire santé.

Là aussi, on constate une augmentation de 10% des entretiens réalisés ainsi qu’une augmentation de 5% du nombre de personnes accueillies. Comme évoqué précédemment, le travail de l’assistante sociale se fait en lien étroit avec ses homologues institutionnels et associatifs.

Activité du travailleur social

Rappelons-le, en 2017, l’assistante sociale a mené 390 entretiens auprès de 353 personnes. Elle est aussi intervenue lors de différentes activités en soutien, conseil, organisation et travail de liaison avec les médecins et dentistes bénévoles.

Promo Soins a reçu de l’Agence Régionale de Santé (ARS) le financement pour 30 prothèses dentaires : les demandes ont été étudiées par le travailleur social qui a ou non confirmé l’opportunité de la demande au dentiste bénévole.

Au sujet des prothèses dentaires, voilà le témoignage de Danielle Dargon, présidente de l’association : « Il faut souligner que, grâce aux subventions accordées par l’ARS pour les 4 Promo Soins du réseau UDV, nous avons rendu le sourire à un certain nombre de personnes.

Il faut souligner aussi l’impact direct sur leur alimentation et donc sur leur santé depuis la poses de ces prothèses. Nous avons activé nos réseaux internes UDV (Les Amis de Paola) et externes (assistantes sociales, visite à API Provence…), ceci pour expliquer les possibilités que nous avons d’aider les plus démunis dans une fonction qui est vitale : bien se nourrir !

Pour l’année 2017, qui est vraiment l’année de démarrage, nous avons réalisé 19 prothèses partielles ou totales sur un public principalement âgé mais avec quelques cas  de personnes assez jeunes, entre 30 et 40 ans, pour qui en plus l’aspect esthétique est primordial, notamment s’ils essaient de se réinsérer par le travail .

Pour cette nouvelle année, nous en sommes en avril à une dizaine de prothèses posées et nous travaillons avec notre assistante sociale pour faire encore mieux connaitre notre action vers  les intervenants auprès du public en grande précarité ».

Des consultations médicales ont été organisées auprès de 30 personnes migrantes accueillies par API Provence dans le cadre du Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO).

Une consultation en addictologie a été mise en place, ainsi que des ateliers sophrologie.

Le travailleur social participe à de nombreuses réunions : avec Solidarités Est Var (SEV), avec la commission d’orientation et d’attribution des logements à SEV et avec le SIAO – 115 (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation).

Ce travail en partenariat est essentiel comme l’explique Danielle Delobel : « Ce travail partenarial est facilité par les 3 dimensions de mon poste : santé précarité, appartement de coordination thérapeutique et accompagnement social à la Maison de la Lauve (le CHRS).

Nous mettons une attention particulière à soigner ce travail de liaison, de concertation au quotidien pour une plus grande efficacité en faveur du public ».

Action de prévention et d’accompagnement psychologique

Une action de « repérage médico-social et incitation à se prendre en charge au niveau santé » est menée depuis 2015 par une infirmière bénévole, présente 2 fois par semaine sur le lieu d’hébergement des Amis de Paola (le CHRS Maison de la Lauve). Au fil des mois et de ses interventions, un lien s’est tissé avec les personnes accueillies.

En 2017, cette infirmière a dispensé 325 soins et réalisé 34 accompagnements auprès de 85 personnes différentes dont 5 femmes.

Une pédicure bénévole est intervenue 1 fois par semaine dans l’accueil de jour de Paola, situé rue Maurin des Maures à Fréjus : 46 actes ont été réalisés auprès de 32 personnes.

Un médecin bénévole a pris part à la maraude 2 fois par mois. C’est l’occasion de rencontrer des personnes sans domicile fixe sur leur lieu de vie. Ces personnes, souvent désocialisées, ne fréquentent pas forcément l’association.

Moins formelles que dans un cabinet, ces rencontres permettent d’apporter des conseils de prévention et des incitations à se faire soigner. 744 personnes ont été rencontrées l’année dernière, dont 400 personnes différentes, soit une moyenne de 30 personnes par maraude.

Une psychologue clinicienne a intégré l’association depuis début 2014. Elle consulte tous les jeudis. Elle a dû augmenter les plages des consultations pour faire face à un nombre grandissant de demandes.

Une action en partenariat avec le Centre social des Bosquets s’est poursuivie, tout comme une trentaine d’actions de prévention qui ont été menées en lien avec le centre social et culturel fréjussien et les établissements scolaires du territoire.

Appartement de Coordination Thérapeutique (ACT)

Au cours de l’année 2017, 8 personnes différentes ont été hébergées dans l’ACT, ce qui représente 1768 nuitées, soit un taux d’occupation de 96,9% et une durée de séjour de 187 jours.

3 personnes sont entrées pour un motif médical ou chirurgical, 3 sont sorties.

Les personnes hébergées sont suivies par une équipe multi disciplinaire.

La procédure habituelle d’admission se compose ainsi : commission, rencontre du candidat, remise du livret et du règlement, période d’essai de 15 jours, signature d’un contrat de 6 semaines, rencontre avec l’hébergé au bout des 6 semaines avec éventuel renouvellement du contrat.

Un suivi hebdomadaire est assuré par 3 professionnels : le médecin, l’assistante sociale et le psychologue.

Les modalités de fonctionnement des ACT se caractérisent par une organisation dynamique et adaptée dans toutes les situations quotidiennes (recrutement, communication, gestion, remplacements…).

Concernant les droits et libertés des usagers, une réunion mensuelle est organisée avec l’ensemble des bénéficiaires. La plus-value tient à la composition multi disciplinaire de l’équipe. De plus, les accueillis participent à l’organisation de leur prise en charge : ainsi ils deviennent acteurs et non pas « sujets » de soin.

Une démarche qualité et d’amélioration continue est lancée depuis 2012 et des pistes d’amélioration sont réactualisées chaque année.

La structure est ouverte sur son environnement : elle collabore étroitement avec les autres institutions et les services administratifs locaux et participe à divers forums et manifestations. De nombreux partenariats existent avec les établissements hospitaliers et de soins du secteur.

Enfin, le principe de neutralité dans la prise en charge des personnes accueillies quelle que soit l’origine de la demande est respecté.

Suivi du médecin coordinateur : à ses côtés, de nombreux intervenants paramédicaux œuvrent (kiné, orthophoniste, diététicienne…).

Suivi du psychologue : le professionnel intervient auprès des accueillis, des familles et de l’équipe.

Auprès des accueillis :
Entretiens de pré admission avec l’assistante sociale et le médecin coordonnateur.
Suivi psychologique.
Tests neuropsychologiques et/ou thymiques.
Animation d’ateliers thérapeutiques.
Sorties pour favoriser l’ouverture sur le monde extérieur.

Auprès des familles :
Mise au point de la situation et clarification des projets d’avenir.

Auprès de l’équipe :
Participation aux réunions d’équipe.
Participation à l’évaluation interne.
Participation à l’élaboration de nouveaux outils comme le projet personnalisé.
Participation aux bilans d’étape (toutes les 6 semaines).
Participation aux entretiens de pré admission.
Apport d’éclaircissements sur les personnalités ou modes de fonctionnement psychologique des accueillis.

Suivi du travailleur social :

Huit personnes accueillies en 2017, 5 le sont toujours en 2018. Durée des séjours : 3 à 6 mois pour 2 personnes, 1 an pour 1 personne.

Ressources des 8 accueillis : AAH (Allocation Adulte Handicapé) pour 4 d’entre eux, retraite pour 2, RSA (Revenu de Solidarité Active) pour 2.

Sorties pour 3 personnes : 1 pour une résidence sociale, 1 pour un hébergement familial, 1 pour un départ inopiné.

Quelques caractéristiques observées lors des accompagnements : 

La personnalisation de l’accompagnement est toujours privilégiée. Ainsi, l’accompagnement social s’inscrit dans la prise en charge pluridisciplinaire. Les démarches sociales s’inscrivent dans le temps, en lien avec l’accompagnement médical et psychologique.

L’adhésion de la personne est la composante primordiale de l’accompagnement. Des difficultés peuvent néanmoins apparaître en cas de troubles de la personnalité.

Le travail en équipe permet d’accompagner la personne dans le respect de ses choix tout en l’aidant à réfléchir à d’autres possibilités peut-être préférables. Lorsque la personne le permet, il est possible de travailler en lien avec des tiers : famille ou personne de confiance.

Dans tous les cas, tenir compte de la situation globale de la personne accueillie dans ses composantes médicales, psychologiques et sociales, dans le respect de sa liberté, requiert un accompagnement qui peut prendre du temps.

Partenariat médico-social :

25 demandes d’admission en 2017 pour 22 refus. Ceux-ci pour cause d’éloignement (autres départements), pour 1 ACT non adapté, pour pathologie psychiatrique incompatible, par manque de place. Les refus de demandes de femmes sont automatiques car il n’y a qu’une place pour femme et elle est occupée sans prévision de sortie.

Il est pratiquement impossible d’établir une liste d’attente à cause des sorties non programmées.

35 bilans d’étape ont été réalisés en 2017 pour 8 personnes différentes. Ces rencontres permettent de reprendre le projet personnalisé de la personne et de voir où celle-ci se situe.

Une évaluation interne a été menée en 2017. Le rapport d’évaluation interne qui en découle est le document de référence qui fixe la marche à suivre pour les 5 prochaines années. Il a été transmis à l’ARS.

Activités et animations :

Les êtres humains ont des besoins communs. Ils se manifestent dans les 4 dimensions suivantes : physiologique, socioculturelle, psychologique et spirituelle.

Pour répondre à chacun de ces besoins, plusieurs ateliers d’animation ont été mis en place pour que chaque accueilli participe selon ses envies et ses capacités, dans un climat  d’échange, d’écoute et de divertissement.

Un repas mensuel a été organisé avec une diététicienne selon des thèmes choisis : les saisons, les pays étrangers…

Mise en place également d’un « cahier de vie » qui rassemble photos et légendes des différentes sorties, et où chacun peut inscrire quelque chose.

Sorties : sorties pour un anniversaire  –  Pique-nique et pétanque  –  Visite d’exposition  –  Sortie à la ferme  –  Parc aquatique – Jardin botanique…

« Soigner et favoriser le bien être, réinsérer dans le droit commun, et enfin promouvoir la resocialisation et le vivre ensemble, en étant persuadés qu’il est préférable de miser sur la qualité de la rencontre plutôt que sur le nombre de dossiers traités », la structure fréjussienne et raphaëloise incarne bien cette caractéristique propre aux 4 Promo Soins du réseau de l’UDV.

Au-delà de tout le savoir-faire et de tous les dispositifs sociaux et médicaux mis en place, c’est bien de l’homme dont il s’agit, dans sa globalité : « Remettre l’homme debout », voilà l’enjeu !

Aline Racheboeuf, auteure bénévole, et Christophe Parel, responsable communication de l’UDV.

Pour aller + loin

Cliquez-ici pour consulter la présentation PowerPoint présentée lors de l’assemblée générale de l’association.

Cliquez-ici pour consulter le rapport d’activités 2017 complet de l’association.

Cliquez-ici pour consulter l’article complet sur les 4 Promo Soins du réseau, que nous avions publié en mai 2016.

Cliquez-ici pour lire l’article sur la Mission Santé du réseau de l’UDV que nous avions publié en février 2018.

Contact de l’association pour faire un don ou devenir bénévole :

Promo Soins Fréjus Saint-Raphaël
46, rue Sigaudy
83600 Fréjus
04 94 51 69 90
[email protected]

 

 


About the Author



Haut de page ↑

  • Je souhaite recevoir la newsletter

  • Billet d’humeur

    Ressourcements

    Une vieille histoire raconte qu’un jeune moine au bord du burn out s’en alla voir un ancien pour l’interroger : « Comment se fait-il, mon père, que lorsque j’ai fait mon devoir dans les taches qui me sont confiées, l’accueil des hôtes et le service des autres frères, je me sente épuisé ; C’est comme si j’étais vidé ! »...

  • Brèves

  • Articles récents